La Finlande veut recruter davantage à l’étranger

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Fiches pratiques

Destination. Publié le 20/07/2021 – 13:56 Photo Pixabay/cc

La Finlande doit au minimum multiplier par deux le nombre de travailleurs étrangers qu’elle accueille chaque année. Cols-bleus et professionnels qualifiés bienvenus.

En Finlande, la population en âge de travailler baisse inexorablement. Or à eux seuls les services sociaux et le secteur de la santé auront besoin de 30 000 nouveaux travailleurs dans les prochaines années, ainsi que l’a récemment reconnu Annika Saarikko, la ministre des Finances. Pour relever ce défi démographique, le gouvernement finlandais entend multiplier par deux le nombre de travailleurs étrangers accueillis dans le pays, rapporte Yle.fi, le site de la radio nationale.

10 000 permis de travail supplémentaires par an

Alors que la nécessité de stimuler l’immigration est un thème régulièrement abordé par les responsables politiques finlandais, le nombre de permis de travail délivrés est jusqu’à présent resté relativement stable d’une année sur l’autre. Les services de l’immigration en ont accordé près de 9 500 en 2019, or en faudrait 10 000 de plus chaque année. Selon Annika Saarikko, la Finlande n’a pas seulement besoin de recruter des professionnels hautement qualifiés, mais aussi des cols-bleus. “L’agriculture, l’industrie, les services sociaux et de santé et même les transports en commun dans la région d’Helsinki ne peuvent pas se passer des travailleurs étrangers.”

Pour atteindre l’objectif qu’il s’est fixé, le gouvernement finlandais a déjà programmé un certain nombre de mesures qui visent notamment faciliter la délivrance des visas de travail – les entreprises finlandaises ayant pointé la lourdeur de la procédure et les délais jugés excessifs. Il devrait proposer prochainement une mesure phare en faveur des étudiants étrangers : la prolongation à deux ans des permis de séjour post-diplôme. “Il est essentiel pour nous que ces profils aient envie d’exercer leurs compétences chez nous et qu’ils puissent le faire”, a déclaré la ministre.

Sélection de la rédaction