Guerre en Ukraine : les sanctions pourraient coûter leur emploi à 200 000 Russes

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

L’Etat islamique promet de «venger» la mort de son ancien chef

Voilà une nouvelle dont l’Occident se serait bien passé...

Partager

Au moins 200 000 emplois seraient menacés à Moscou par le départ ou l’arrêt des activités d’entreprises étrangères, dans la foulée de l’offensive russe contre l’Ukraine, a annoncé ce lundi le maire de la capitale russe.

Dans un message sur son site, Sergueï Sobianine a indiqué qu’un plan d’aide de 3,6 milliards de roubles (environ 38 millions d’euros au taux actuel) avait été adopté la semaine dernière pour aider les Moscovites risquant un licenciement. « Ce programme concerne avant tout les employés d’entreprises étrangères qui ont suspendu temporairement leurs activités ou décidé de quitter la Russie. Selon nos estimations, environ 200 000 personnes risquent de perdre leur emploi », a indiqué le maire.

Les multinationales sont parties

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, de nombreuses entreprises étrangères ont annoncé interrompre leurs activités. Le pétrolier britannique BP a été un des premiers géants, dès le 27 février, à annoncer son départ. Ont suivi les constructeurs de poids lourds Volvo Trucks et Daimler Trucks, le géant de l’ameublement Ikea, celui de l’habillement H&M, la plateforme de location Airbnb, les américains Intel, Apple ou Microsoft. Certains groupes ont annoncé suspendre leurs activités mais continuer à rétribuer leurs salariés.

VIDEO. « Tous les magasins ferment » : les Moscovites réagissent à la disparition de leurs marques préférées

La mairie va proposer aux employés de sociétés étrangères au chômage technique des « emplois temporaires » permettant des compléments de revenus comme « la gestion des archives ou la réparation d’équipements » municipaux. La municipalité dit aussi prévoir des subventions pour financer des reconversions professionnelles.

Enfin, la ville de Moscou dit avoir construit, sans préciser de date, trois usines de médicaments pour compenser la suspension des importations pharmaceutiques, dont dépendent fortement les Russes. Dans ce domaine, « un grand travail nous attend, les résultats mettront des années à arriver », a indiqué M. Sobianine.