Référendum au Mexique : le président reste au pouvoir jusqu’en 2024

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Pari gagné, sur fond d’abstention : le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, va rester au pouvoir jusqu’à la fin de son mandat en 2024. Il a été conforté dimanche par un référendum mais avec une participation inférieure à 20%.

Plus de 90% des votants (90,3% à 91,9%) ont souhaité que le leader de gauche nationaliste, 68 ans, aille jusqu’au terme de son mandat unique de six ans, d’après les résultats de l’Institut national électoral (INE), qui a également annoncé une participation de 17 à 18,2% des 93 millions d’inscrits.

« Plus de 15 millions de Mexicains sont contents et veulent que je continue jusqu’en septembre 2024», s’est félicité le président dans un message vidéo, imputant l’abstention au manque de bureaux de vote mis à disposition par l’INE.

« On ne peut pas gouverner sans l’appui du peuple »

Soupçonné par ses opposants de vouloir utiliser ce référendum pour se faire réélire en 2024, il a démenti, affirmant: « Je suis démocrate. Et je ne suis pas en faveur de la réélection ».

Les Mexicains devaient répondre à la question suivante : « Etes-vous d’accord pour révoquer le mandat du président pour perte de confiance, ou pour qu’il continue à la présidence de la République jusqu’à la fin de son terme? ».

Le président avait lui-même inscrit dans la Constitution en 2019 cette « consultation révocatoire », sur le modèle d’autres pays latino-américains comme le Venezuela. « On ne peut pas gouverner sans l’appui du peuple », a répété Lopez Obrador dimanche soir.

Trois partis d’opposition avaient appelé à l’abstention (PAN, de droite, PRD de gauche et l’ex-parti-Etat du PRI). Le PAN a évoqué une consultation populaire marquée « par l’illégalité, le mensonge et le détournement des ressources publiques ». Le PRI a accusé le parti au pouvoir, Morena, d’avoir transformé le référendum en « plaisanterie », selon l’un de ses responsables sur Twitter, Alejandro Moreno.