Ukraine : Kiev prête pour la «grande bataille» de l’Est… le point au 46e jour des combats

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Deux jours après la frappe de missile qui a coûté la vie à 52 personnes, dont 5 enfants, vendredi à la gare de Kramatorsk, les évacuations de civils se poursuivent dans la crainte d’une offensive imminente. Le point sur la situation au 46ème jour des combats.

L’Ukraine, « prête pour les grandes batailles »

« L’Ukraine est prête pour les grandes batailles. L’Ukraine doit les gagner, y compris dans le Donbass », région de l’est du pays, a affirmé le conseiller présidentiel ukrainien Mykhaïlo Podoliak, cité par l’agence de presse Interfax-Ukraine.

« Et quand ça arrivera, l’Ukraine aura une position plus forte dans les négociations, ce qui lui permettra de dicter certaines conditions », a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, le président Volodymyr Zelensky, avait souligné lors d’une conférence de presse avec le chancelier autrichien Karl Nehammer, qui s’est rendu à Kiev : « Nous sommes prêts à nous battre, et à chercher parallèlement des voies diplomatiques pour arrêter cette guerre ».

Après avoir retiré ses troupes de la région de Kiev et du nord de l’Ukraine, la Russie a fait sa priorité de la conquête totale du Donbass, dont une partie est contrôlée depuis 2014 par des séparatistes prorusses.

Poursuite des évacuations…

Deux jours après le massacre de la gare de Kramatorsk (est), où 52 civils, dont cinq enfants, qui se préparaient à fuir ont été tués dans une frappe attribuée à un missile russe, l’évacuation de la population se poursuivait. Moscou a nié être responsable de la frappe, allant jusqu’à dénoncer une « provocation » ukrainienne.

Dimanche, la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, a indiqué que 4532 civils avaient été évacués la veille.

La majorité a quitté la région de Zaporijjia, a-t-elle ajouté, précisant que près de 200 personnes ont pu quitter la ville portuaire assiégée de Marioupol (sud) et plus d’un millier a fui Melitopol, Lysychansk, Severodonetsk, Roubijne, Kreminna et Popasna dans la région de Lougansk.

« L’ennemi russe continue de se préparer pour intensifier ses opérations offensives dans l’est de l’Ukraine et prendre le contrôle total des régions de Donetsk et de Lougansk », dans le Donbass, a déclaré l’état-major de l’armée ukrainienne samedi dans un point quotidien sur Facebook.

…. et des bombardements

Outre la poursuite des combats pour prendre le contrôle des villes clés de Marioupol, au sud, et d’Izioum plus au nord, « l’ennemi continue de frapper avec des missiles des cibles civiles dans toute l’Ukraine », a averti l’état-major.

Des bombardements ont ainsi encore fait 5 morts et 5 blessés dans la région de Donetsk, a indiqué dans la soirée le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko sur Telegram.

A Lyssytchansk, une petite ville de la région de Lougansk, le maire Olexandre Zaïka a appelé les habitants à partir le plus vite possible. « La situation dans la ville est très tendue, je vous demande d’évacuer. Cela devient très difficile, les obus de l’ennemi tombent un peu partout », a-t-il dit dans un message sur Telegram.

Sept missiles se sont abattus dans la nuit de samedi à dimanche sur la région de Mykolayiv, à une centaine de kilomètres au nord-est d’Odessa, troisième ville du pays et grand port stratégique sur la mer Noire, selon le commandement militaire local.

L’armée russe a également mené cette nuit de nouvelles frappes sur la région de Dnipropetrovsk, dans le centre-est, selon le gouverneur régional. Parmi les cibles : des infrastructures et un aéroport à Dnipro, des sites industriels à Pavlohrad et un bâtiment agricole, précise le dirigeant local sur Facebook.

Déjà visé le 15 mars dernier, l’aéroport de Dnipro a de nouveau été la cible des bombardements des Russes dimanche. L’infrastructure a été « complètement détruite », selon le gouverneur Valentin Reznitchenko. « Il n’en reste plus rien. L’aéroport lui-même et les infrastructures à proximité ont été détruits. Et les missiles continuent de voler », a-t-il rapporté sur Telegram, précisant que les autorités étaient « en train de déterminer le nombre de victimes ».

Des responsables locaux ukrainiens annoncent qu’une école ainsi que plusieurs immeubles d’habitation ont été bombardés tôt ce dimanche à Louhansk. Une personne a été blessée et un feu a été déclenché, poursuivent les autorités. Les habitants ont pu être évacués à temps.

« Deux hauts immeubles dans le nouveau quartier de la ville, ainsi qu’un lycée, ont été visés par d’importants bombardements provenant de l’armée russe », écrit le gouverneur de la région de Louhansk, sur Telegram.

Des bombardements à Kharkiv (nord-est) et dans sa banlieue ont fait au moins deux morts dimanche, a annoncé le gouverneur régional Oleg Sinegoubov sur Facebook. Selon lui, la ville et sa banlieue, point d’entrée stratégique des forces russes sur le territoire ukrainien vers le Donbass, ont été bombardés 66 fois en 24 heures.

1 200 corps découverts dans la région de Kiev

Plus de 1 200 corps ont été découverts à ce jour dans la région de Kiev, en partie occupée pendant plusieurs semaines par les forces russes, a annoncé dimanche la procureure générale d’Ukraine Iryna Venediktova sur la chaîne britannique Sky News. Elle a également fait état de 5 600 enquêtes ouvertes pour crimes de guerre présumés depuis le début de l’invasion russe le 24 février. La gouverneure n’a pas précisé si les corps découverts étaient exclusivement ceux de civils.