Guerre en Ukraine : Kiev accuse les Russes d’avoir tiré des obus au phosphore sur la ville de Marinka

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

« Les Russes ont encore utilisé des obus au phosphore, aujourd’hui, à Marinka », une petite ville de dix mille habitants avant le début, le 24 février, de l’invasion russe », a affirmé sur Telegram le chef de l’administration militaire de la région de Donetsk, Pavel Kyrylenko. Selon lui « une dizaine d’incendies causés par ces obus ont été localisés et ont été maîtrisés par le personnel du Service national des situations d’urgence ».

La Russie a démenti le 25 mars toute violation du droit international après avoir été accusée à plusieurs reprises par l’Ukraine d’avoir employé de telles munitions dans le cadre de son offensive.

Les armes au phosphore sont des armes incendiaires dont l’usage est interdit contre des civils, mais pas contre des cibles militaires, en vertu d’une Convention signée en 1980 à Genève.

Ces bombes ne sont pas des armes chimiques. Elles entrent dans la catégorie des armes incendiaires. Leur utilisation est codifiée par le protocole III de la Convention sur certaines armes classiques (CCAC) entrée en vigueur en décembre 1983, qui restreint leur emploi mais sans les interdire totalement. Ce type d’armes « est interdit en toutes circonstances » contre les populations civiles, stipule ce protocole.

« Des dégâts absolument effroyables »

Les armes incendiaires sont également interdites contre des cibles militaires lorsqu’elles sont proches de populations civiles. Mais ce protocole ne concerne pas le phosphore blanc lorsqu’il est utilisé pour ses propriétés fumigènes ou bien éclairantes.

Son utilisation peut servir d’écran de fumée pour masquer des mouvements de troupes, éclairer le champ de bataille ou encore ravager par l’incendie des infrastructures. Mais, quand elle touche des civils, elle peut « provoquer des dégâts absolument effroyables, des brûlures extrêmement importantes », selon un expert.

VIDEO. Selon Biden, Poutine envisage d’utiliser des armes chimiques et biologiques en Ukraine

Ces bombes incendiaires ont commencé à être utilisées massivement durant le Première Guerre mondiale, parallèlement à la naissance de l’aviation militaire. Le 31 mai 1915, pour la toute première fois, une attaque aérienne utilisant des bombes incendiaires est menée sur Londres avec un dirigeable allemand Zeppelin. Des obus au phosphore blanc ont été largement utilisés durant la Seconde Guerre mondiale, surtout par l’armée américaine sur le sol européen, en particulier contre les troupes blindées allemandes.