Dubaï parie sur une nouvelle vague d’expatriés

Voir aussi

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Après une campagne de vaccination particulièrement efficace, l’émirat compte sur l’arrivée d’entrepreneurs étrangers et de travailleurs à distance pour conforter sa reprise économique.

Dubaï a profité de la pandémie pour séduire une nouvelle clientèle d’expatriés aisés, constate le Financial Times. Ainsi, selon Helal Al Marri, directeur général du Dubaï Department of Tourism and Commerce Marketing (DTCM), les nouveaux visas réservés aux travailleurs à distance ont suscité l’intérêt de dizaines de milliers de candidats. Il explique :

Alors que la plupart des pays imposent des restrictions de voyage, nous avons quant à nous cherché à faciliter les déplacements internationaux tout en ajustant les protocoles sanitaires pour garantir le maximum de sécurité.”

Sa réputation d’État autocratique pas plus que les atteintes aux droits de l’homme dont l’émirat est régulièrement accusé ne découragent apparemment ces nouveaux expatriés plutôt aisés, actifs notamment dans les secteurs des nouvelles technologies ou des cryptomonnaies.

L’émirat a très vite rouvert ses frontières

Le pari n’était pas gagné d’avance. “Au moment où la pandémie affectait les voyages dans le monde entier, beaucoup craignaient pour l’avenir de Dubaï”, rappelle Simon Kerr, le correspondant du Financial Times dans le Golfe. Mais alors qu’Abou Dhabi, dont l’économie est soutenue par le pétrole, gardait ses frontières fermées (obligeant les visiteurs étrangers en quarantaine à porter un bracelet électronique), Dubaï – dépendant du tourisme – choisissait de rouvrir largement les siennes dès l’automne 2020. Le succès a été immédiat :

Malgré un exode d’expatriés en col blanc et de migrants peu qualifiés au cours de l’été [2020], quand ils étaient des centaines de milliers à avoir perdu leur emploi, la ville s’est ranimée dès l’automne. Des membres de l’élite mondiale sont venus se faire vacciner, faisant jouer leurs relations pour échapper aux files d’attente. D’autres ont obtenu des vaccins dans le cadre des programmes visant à encourager les travailleurs à distance à venir à Dubaï pour fuir les confinements.”

Succès de la campagne de vaccination

À Noël, Dubaï – l’un des rares points chauds touristiques où la vie était à peu près normale – est devenu le rendez-vous mondial des gens qui avaient envie de faire la fête. Fatalement, une vague d’infections a suivi en janvier, mais la campagne de vaccination mise en œuvre, particulièrement efficace, a permis de réduire le nombre de cas graves et d’alléger assez vite la pression sur les hôpitaux. “À fin mai, près des trois quarts de la population étaient complètement vaccinés, principalement avec le vaccin Sinopharm, produit en Chine.”

Dubaï a réussi ainsi à sauver sa réputation de destination de tourisme et d’affaires particulièrement sûre, même si l’émirat figure encore sur la “liste de rouge” de plusieurs pays – dont le Royaume-Uni, l’un de ses principaux partenaires. Aucun signe n’augure d’un prochain changement de stratégie : l’émirat compte manifestement sur un nouvel afflux d’expatriés aisés pour conforter sa reprise économique. Un banquier d’affaires installé sur place résume la situation :

Dubaï a toujours voulu devenir le Monaco du Moyen-Orient. Grâce à la crise sanitaire, il n’est plus si loin du but.”

Source

Fondé en 1888 sous le nom de London Financial Guide, un journal de quatre pages destiné “aux investisseurs honnêtes et aux courtiers respectables”, le Financial Times est aujourd’hui le quotidien financier et économique de

[…]

Lire la suite