Guerre en Ukraine : Biden ira en Pologne vendredi pour parler de l’invasion russe

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Le président américain Joe Biden se rendra vendredi à Varsovie pour y rencontrer son homologue polonais Andrzej Duda et discuter de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a annoncé dimanche la Maison Blanche.

« Le président discutera de la manière dont les États-Unis, aux côtés de nos alliés et partenaires, répondent à la crise humanitaire et des droits de l’homme que la guerre injustifiée et non provoquée de la Russie contre l’Ukraine a créé », a déclaré la porte-parole Jen Psaki dans un communiqué de la Maison Blanche.

Le texte ajoute que le voyage de Joe Biden interviendra après sa visite en Belgique pour y rencontrer des dirigeants de l’Otan, du G7 et de l’Union européenne.

« Il n’est pas prévu d’aller en Ukraine »

« Ce voyage sera axé sur la poursuite du rassemblement du monde en soutien au peuple ukrainien et contre l’invasion de l’Ukraine par le président Poutine », est-il précisé à propos de ce séjour en Europe. « Mais il n’est pas prévu d’aller en Ukraine », a précisé Jen Psaki.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, accompagné de ses homologues tchèque et slovène, s’est rendu à Kiev la semaine dernière, alors que la capitale ukrainienne est presque assiégée.

La vice-présidente américaine Kamala Harris avait déjà rencontré Andrzej Duda à Varsovie début mars, tous deux condamnant l’action militaire de la Russie, notamment contre les civils.

Cette entrevue s’était déroulée peu de temps après le rejet par Washington de l’offre polonaise d’envoyer des avions de combat MiG-29 en Ukraine via une base aérienne américaine – une offre qui avait pris les responsables américains au dépourvu. Pour les États-Unis, cette proposition soulevait de « sérieuses préoccupations » pour l’ensemble de l’Alliance atlantique.

VIDEO. À Kiev, des abris anti-bombes deviennent des hôpitaux de fortune

Cette visite du président américain de vendredi intervient alors que Kiev a rejeté dans la nuit de dimanche à lundi l’ultimatum de la Russie exigeant la capitulation de la ville assiégée de Marioupol. « Il n’est pas question de parler de reddition ou de déposer les armes. Nous en avons déjà informé la partie russe », a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk au journal Ukrayinskaya Pravda. « C’est une manipulation délibérée et une véritable prise d’otage », a-t-elle ajouté à propos de la demande.

Le ministère de la Défense russe avait appelé l’Ukraine à « déposer ses armes » et exigé une « réponse écrite » à son ultimatum avant ce lundi 5 heures, au nom de la sauvegarde des habitants et des infrastructures de la ville de Marioupol.