Guerre en Ukraine : Poutine accuse Kiev de «faire traîner» les négociations

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Lors d’un entretien téléphonique avec le chancelier allemand Olaf Scholz, Vladimir Poutine a estimé que « le régime de Kiev cherche par tous les moyens à faire traîner le processus de négociations, en avançant de nouvelles propositions pas réalistes ».

La Russie a indiqué vouloir négocier avec Kiev un statut de neutralité et démilitarisé. Les autorités ukrainiennes, sans balayer l’idée d’une neutralité et en semblant renoncer à une adhésion à l’Otan, ont, elles, réclamé la désignation de pays garants de sa sécurité et qui la défendraient militairement en cas d’agression par Moscou.

Un entretien avec Macron

Kiev réclame aussi le retrait de toutes les forces russes et le respect de son intégrité territoriale alors que la Russie a reconnu l’indépendance de deux entités séparatistes en Ukraine et a annexé la Crimée dont la Russie fête les huit ans de l’annexion de cette péninsule.

VIDEO. Guerre en Ukraine : un théâtre abritant des centaines de civils bombardé à Marioupol

Dans le même temps, Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe a reconnu que son entretien avec Olaf Scholz avait été une « conversation dure ». Vladimir Poutine devrait s’entretenir dans l’après-midi avec Emmanuel Macron.

Sur le terrain, ce sont toujours les armes qui parlent et les civils qui souffrent. Ce vendredi matin, pour la deuxième fois depuis le début du conflit, la Russie a frappé près de la Pologne et de la frontière de l’OTAN. Ce vendredi matin, d’épaisses fumées noires, visibles à des kilomètres, témoignent de bombardements visant les abords de l’aéroport de Lviv.

De même, alors qu’elles sont assiégées depuis plusieurs jours, les villes de Kharkiv, Tchernihiv et Marioupol sont soumises à un feu nourri de la part des Russes. Après un jeudi calme, les frappes ont aussi repris sur Kiev.