Ukraine : des tirs sur Kiev, Dnipro et Mikolaïv, le maire de Melitopol «enlevé»… le point sur l’offensive ce samedi 12 mars

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Au 17e jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’offensive se poursuit, semant toujours la désolation. Plus de 2,5 millions de personnes ont déjà fui la guerre « insensée », selon l’ONU, en quittant l’Ukraine et deux millions d’autres ont été déplacées à l’intérieur du pays. Les forces russes continuent leur stratégie de harcèlement et de démoralisation des villes. Depuis la capitale, le président Zelensky a estimé que le conflit avait « déjà atteint un tournant stratégique ». « Il est impossible de dire combien de jours nous avons encore (devant nous) pour libérer la terre ukrainienne. Mais nous pouvons dire que nous le ferons », a-t-il dit, appelant les mères russes à « ne pas envoyer (leurs) enfants à la guerre ».

Déjà des explosions à Kiev

Des explosions ont été entendues dans les premières heures de samedi, alors que la capitale est maintenue sous pression depuis plus de deux semaines et que les forces russes sont positionnées autour de Kiev. Mais Moscou pensait prendre la capitale en un éclair, grâce aux dizaines de milliers de soldats déployés. Des images satellites les montraient vendredi en train de tirer de l’artillerie alors qu’ils avançaient sur Kiev, des maisons étaient en feu.

« Les combats au nord-ouest de Kiev se poursuivent avec le gros des forces terrestres russes à environ 25 kilomètres du centre de la ville », indiquait ce samedi matin le ministère britannique des Forces armées. « Des éléments de la grande colonne russe au nord de Kiev se sont dispersés. Cela est susceptible de soutenir une tentative russe d’encercler la ville. Cela pourrait également être une tentative de la Russie de réduire sa vulnérabilité aux contre-attaques ukrainiennes, qui ont fait des ravages importants sur les forces russes ».

Moschun, une ville au nord-ouest de Kiev, continue d’être visée, et des incendies sont déclarés à l’aéroport d’Hostomel, à 75 km du centre de la capitale. De même, les services ukrainiens ont diffusé des photos, au petit matin, d’entrepôts frigorifiques en flammes à Kvitneve, à 30 km à peine du cœur historique de Kiev. Ils ont été visés par des frappes russes à 3h30 (2h30, heure française). Aucune victime n’est à déplorer mais les denrées qu’ils contenaient ont toutes été détruites.

Le maire de Melitopol fait prisonnier

Ivan Fedorov a été « kidnappé », a dénoncé le président Zelensky tard vendredi soir. Des images de vidéosurveillance partagées par des responsables du bureau présidentiel montrent une dizaine d’hommes armés escortant un homme hors d’un immeuble du centre-ville. Le maire se trouvait au centre de crise pour gérer l’approvisionnement de la ville de Zaporojie. Le parlement ukrainien a déclaré qu’un sac avait été placé sur la tête de l’édile, tandis que le ministère des Affaires étrangères a averti que l’enlèvement constituait un crime de guerre.

« La capture du maire de Melitopol est donc un crime, non seulement contre une personne en particulier, contre une communauté en particulier, et pas seulement contre l’Ukraine. C’est un crime contre la démocratie en tant que telle (…). Les actes des envahisseurs russes seront assimilés à ceux des terroristes de l’État islamique », s’est indigné Volodymyr Zelensky.

Ce samedi matin, plusieurs centaines d’habitants se sont réunis devant l’hôtel de ville occupé par les Russes pour exiger la libération du maire.

Deuxième jour de bombardements sur Dnipro

Les sirènes d’attaque aérienne ont retenti à 5h25, heure locale (4h25, heure française) à Dnipro ce samedi, dans le centre de l’Ukraine, et continuent de retentir. Des journalistes de CNN ont ressenti au moins deux explosions, de la fumée et des restes de tirs anti-aériens. Dnipro a été visé par trois frappes tôt vendredi, qui ont touché une école, un immeuble d’habitation et une usine de chaussures. Un civil a été tué. À Lutsk et Chernihiv, un stade de football et une bibliothèque ont été touchés.

Les sirènes antiaériennes retentissent partout

1h40 sans discontinuer à Odessa, a tweeté la journaliste française Vanessa Descouraux. Les sirènes ont aussi alerté de l’imminence d’une attaque à Kiev, à Lviv, Kharkiv, Tcherkassy, ainsi que dans la région de Soumy.

1h40 ininterrompue de sirènes d’alerte à Odesa.

— Vanessa Descouraux (@vdesc) March 12, 2022

Un quartier de Mikolaïv pilonné, des hôpitaux bombardés

La ville portuaire de Mikolaïv, proche d’Odessa, a été bombardée sans répit dans la nuit de vendredi à samedi, les tirs touchant notamment un centre de soins pour le cancer et un hôpital ophtalmologique, a constaté un journaliste de l’AFP. « Ils ont tiré sur ces zones civiles, sans aucun objectif militaire. Ici il y a un hôpital, un orphelinat, un centre ophtalmologique », tous situés dans le quartier Ingoulski au nord de la ville, a indiqué Dmytro Lagotchev, chef de l’hôpital.

Au moment des frappes, aucun patient, ni soignant ne se trouvait dans le centre contre le cancer. Mais l’hôpital ophtalmologique, lui, abritait des patients au nombre non précisé. « Nous avons passé toute la nuit dans la cave, tout tremblait, les patients étaient terrifiés », a indiqué sa directrice, Kasimira Rilkova.