Covid-19 : l’Espagne dépasse la barre des 100 000 morts, selon les autorités

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

L’Espagne a dépassé mercredi la barre des 100 000 morts du Covid-19, a annoncé le ministère espagnol de la Santé, alors que la situation sanitaire s’améliore très nettement après la vague provoquée par le variant Omicron.

Un peu plus de deux ans après le début de la pandémie, l’Espagne – qui avait enregistré officiellement son premier cas le 31 janvier 2020, un touriste allemand en vacances dans l’archipel des Canaries – a recensé un total de 100 037 morts et plus de 11 millions de cas.

Le pays a recensé 154 nouveaux morts et 18 803 nouveaux cas sur les dernières 24 heures, selon les chiffres fournis mercredi par le ministère de la Santé. Il a été l’un des plus endeuillés par la première vague de la pandémie en Europe et avait décrété l’un des confinements les plus stricts au monde au printemps 2020.

Le masque « très bientôt » abandonné en intérieur

L’Espagne a lancé une campagne de vaccination fin 2020 qui n’a pas suscité de débat au sein de la population et a fait du pays l’un les champions mondiaux de la vaccination, avec plus de 91 % des plus de 12 ans totalement vaccinés.

Comme ailleurs, l’Espagne a subi, à partir de la fin de l’année dernière, la vague provoquée par le variant Omicron. Le pays a alors enregistré jusqu’à près de 180 000 cas par jour, mais le nombre de morts et d’hospitalisations était heureusement resté bien inférieur à celui des vagues précédentes.

Face à cette explosion de cas, le gouvernement avait réinstauré fin décembre l’obligation du port du masque en extérieur, avant de la lever début février à la faveur de l’amélioration de la situation sanitaire. Plusieurs régions, compétentes en matière de santé, ont levé la majorité de leurs consignes sanitaires fin février.

Mercredi, le taux d’incidence s’établissait à 486 cas pour 100 000 personnes sur les 14 derniers jours, contre 3 397 le 17 janvier. Face à cette bonne dynamique, le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez a assuré lundi que le masque pourrait « très bientôt » ne plus être obligatoire à l’intérieur.