Guerre en Ukraine : l’ONU réclame un cessez-le-feu, deuxième round des pourparlers jeudi

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Un cessez-le-feu sera au menu de nouveaux pourparlers russo-ukrainiens, jeudi, a annoncé mercredi la Russie, qui continuait de pilonner plusieurs villes en Ukraine et donnait un premier bilan de 500 de ses soldats tués depuis le début de l’invasion.

Des émissaires ukrainiens se dirigeaient d’ores et déjà vers « le lieu des négociations » au Bélarus pour une deuxième session de discussions, a déclaré la présidence ukrainienne. Ces pourparlers, qui porteront notamment sur un cessez-le-feu, commenceront jeudi matin dans un lieu déterminé « ensemble » situé « non loin de la frontière avec la Pologne », a précisé le négociateur russe Vladimir Medinski.

VIDEO. Ukraine : une chaîne humaine pour protéger la plus grosse centrale nucléaire européenne

De premières négociations lundi, également au Bélarus, n’avaient donné aucun résultat tangible. Kiev réclamait l’arrêt immédiat de l’invasion, alors que Moscou semblait attendre une reddition.

141 États membres de l’ONU réclament un cessez-le-feu

Dans le même temps, l’Assemblée générale des Nations unies a voté mercredi une résolution qui « exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine », seuls cinq pays s’y opposant et 35 s’abstenant dont la Chine, sur les 193 membres que compte cette organisation. « Nous sommes 141 États à condamner l’agression russe en Ukraine », a félicité Emmanuel Macron dans un message sur Twitter en début de soirée.

Nous sommes 141 États à condamner l’agression russe en Ukraine. La résolution portée avec nos partenaires aux Nations Unies est adoptée. Merci à tous les acteurs qui se mobilisent à l’ONU, au Quai d’Orsay, dans nos ambassades, sur le terrain. Ne cédons rien de notre unité !

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) March 2, 2022

Dans ce texte, l’ONU demande à Moscou qu’il « retire immédiatement, complètement et sans conditions toutes ses forces militaires » du territoire ukrainien et « condamne la décision de la Russie d’accentuer la mise en alerte de ses forces nucléaires ».

L’ambassadeur d’Ukraine aux Nations unies, Sergiy Kyslytsya, avait auparavant dénoncé un « génocide » en cours dans son pays, perpétré par la Russie. Son homologue américaine, Linda Thomas-Greenfield, a de son côté accusé Moscou de vouloir utiliser en Ukraine de l’armement banni par les Conventions de Genève. Et la Suède a fait état de la violation de son espace aérien par quatre avions de combat russes, près de l’île du Gotland.

Kiev se prépare à l’assaut

Dans son allocution ce mercredi soir, Emmanuel Macron a de nouveau dénoncé les velléités de la Russie : « C’est bien seul et de manière délibérée que le président Poutine a choisi la guerre. Cette guerre n’est pas un conflit entre l’OTAN d’une part et la Russie d’autre part. La Russie n’est pas agressée, elle est l’agresseur. » Ce conflit est pour lui le fruit d’un esprit de revanche nourrie « d’un esprit révisionniste de l’histoire de l’Europe ».

« Nous continuerons un travail acharné afin de conduire les nations à condamner l’invasion », et pour convaincre le président Poutine « de renoncer aux armes et prévenir la contagion et l’élargissement du conflit », a-t-il encore martelé.

Alors que la majorité des villes ukrainiennes continuent de faire face aux bombardements des Russes, Kiev, la capitale se prépare à l’assaut de l’armée. La ville, dont une grande partie des habitants n’a toujours pas pu fuir, est actuellement encerclée par les troupes et les chars ennemis.

Selon un bilan provisoire du ministère ukrainien de l’Intérieur, plus de 352 civils ukrainiens ont été tués et 2 040 blessés depuis le début de l’offensive. Parmi ces blessés, 14 seraient des enfants. Près de 900 000 personnes sont déjà parties à l’étranger depuis le 24 février, selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés.