Ukraine : Kiev sur le pied de guerre, les images de notre reporter

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Le rythme des détonations a ralenti. Le pouls de Kiev aussi. La capitale de l’Ukraine, 3 millions d’habitants, vit depuis jeudi dans l’attente d’une attaque des chars russes. La crainte a jeté des milliers de familles sur les routes et sur les quais des gares. Ceux qui restent luttent d’abord contre la fatigue. Trop de nuits dans les abris. Trop de sirènes. Trop de files d’attentes devant les pharmacies, les épiceries, les banques, avant que le couvre-feu, décrété de samedi soir à ce lundi matin, n’étouffe tout à fait la vie civile.

Kiev est sur le pied de guerre. Des volontaires armés de fusils patrouillent au coin des rues et devant les entrées d’immeubles. Les militaires ont creusé des tranchées, où autrefois les agents de la ville soignaient des plates-bandes. Il y a des sacs de sable devant les bâtiments officiels, un char sous un pont, des dégâts aussi.

Les bombardements et les premiers combats avec des groupes de « saboteurs » infiltrés ont détruit des voitures, des immeubles et des vies, particulièrement dans la banlieue nord. Selon la mairie, 9 civils dont un enfant sont morts à Kiev depuis le début de l’invasion. Dimanche soir, les chars n’étaient pas entrés dans la ville. Kiev retenait son souffle, le monde entier avec elle, alors que le président russe acceptait de négocier… en brandissant la menace explicite de l’arme nucléaire. Une attente angoissante captée par l’objectif de notre reporter.

1. Des membres des forces armées prennent position à l’intérieur d’un bâtiment situé à quelques centaines de mètres du siège de la présidence.

LP/Philippe de Poulpiquet

2. Deux blindés ont pris position pour la nuit sur une avenue qui mène au centre-ville de la capitale ukrainienne.

LP/Philippe de Poulpiquet

3. Un missile russe a éventré un immeuble d’habitations, samedi matin. Un premier bilan a fait état de plusieurs blessés. Certains habitants avaient passé la nuit dans un abri de l’école voisine.

LP/Philippe de Poulpiquet

4. Deux soldats ukrainiens tiennent un check-point installé dans une rue qui mène au palais Mariinsky, résidence officielle de Volodymyr Zelensky, le chef de l’État.

LP/Philippe de Poulpiquet

5. Alex, chef d’entreprise, dormait avec sa femme et ses trois enfants dans un abri lorsque son appartement a été détruit par un missile russe samedi matin vers 8 heures.

LP/Philippe de Poulpiquet

6. Bob, commandant de la défense territoriale à Obolon, un quartier situé au nord de la ville. Ici, des volontaires de la défense territoriale ont pris les armes et s’organisent pour défendre le secteur. Plus tôt dans la journée de samedi, devant cet endroit, un char russe qui tentait de rentrer dans le centre-ville a roulé délibérément sur une voiture civile et écrasé le conducteur.

LP/Philippe de Poulpiquet

7. Une caisse de roquettes près d’une tranchée dans le nord de Kiev.

LP/Philippe de Poulpiquet