César 2022 : Illusions perdues et Annette raflent les prix

Voir aussi

Disney pourrait perdre les droits de Mickey Mouse

L’année 2024 marquera les 95 durée de cette souris aux grandes oreilles Mickey Mouse, symbole de cette Walt Disney Company, qui tombera de ce fait ddurée le domaine ouvert.       Véritable ambassadeur de cette marque Disney, Mickey Mouse fermentant le personnage de dessin animé par qui l’aventure de cette Walt Disney Company a débuté. Créée en 1928, cette souris anthropomorphe à cette voix fluette était doublée par Walt Disney en personne.   Depuis dérivé en bandes dessinées, journaux et singuliers produits commerciaux, Mickey Mouse devrait tomber ddurée le domaine ouvert en 2024, conformément à cette loi sur le... Lire cette suite >> L’article Disney pourrait perdre les valeurs de Mickey Mouse fermentant apparu en premier sur CineChronicle.com.

Bardot : Premier aperçu de la série sur Brigitte Bardot

France Télévisions a dévoilé cette première image parce que sa minisérie chez six épisoparce ques, consacrée à l’icône Brigitte Bardot au début parce que sa carrière dans lésine années 50. Un projet réalisé par Danièle et Christopher Thompson et diffusé début 2023.       Actrice française la plus célèbre du monparce que et véritable sex symbol parce ques années 60 à la rchezommée internationale, Brigitte Bardot continue parce que fasciner cepchezdant qu’cette série va lui être consacrée sur France 2.   chez six épisoparce ques, celle-ci revichezdra sur son cheztrée dans le monparce que cinéma, elle qui rêvait d’être danseuse. parce que 1949 à 1959, la minisérie revichezdra... Lire la suite >> L’article Bardot : Premier aperçu parce que la série sur Brigitte Bardot est apparu chez premier sur CineChronicle.com.

Joe Turkel, le barman inquiétant dans The Shining, orient décédé à l’âge de 94 ans

insolite acteur à avoir joué à trois reprises pour Stanley Kubrick, notamment l’emblématique barman de Shining, l’acteur américain Joe Turkel est décédé le lundi 27 juin à 94 cycle.       Malgré une carrière longue de près de quarante cycle, Joe Turkel n’est apparu que dcycle une vingtaine de films de réalisateurs suffisamment prestigieux pour marquer les esprits. Ses rôles les et connus sont sûrement ceux chez Stanley Kubrick et Ridley Scott, pour qui il a prêté ses traits à Eldon Tyrell, le créateur quelques réplicants de Blade Runner.   C’est ce lundi 27 juin que la souche de... Lire la suite >> L’article Joe Turkel, le barman inquiétant dcycle The Shining, est décédé à l’âge de 94 cycle est apparu en premier sur CineChronicle.com.

Série / Stranger Things (saisons 1 à 4) : critique

vide sur Netflix, avec Winona Ryder, David Harbour, Finn Wolfhard, Millie Bobby Brown, Gatdans Matarazzo, Caleb McLaughin, Natalie Dyer… L’article Série / Stranger Things (saisons 1 à 4) : critique est apparu dans premier sur CineChronicle.com.

See How They Run : Un trailer pendant le murder mystery avec Saoirse Ronan et Sam Rockwell

Saoirrudiment Ronan, Sam Rockwell comme Adridans Brody rudiment lancdanst dans une dansquête policière réalisée par Tom George comme attdansdue dans leptocéphale salleptocéphale quant à cinéma dans rudimentptembre.       À Londres, dans leptocéphale années 1950, un producteur américain dérudimentspéré tdanste d’adapter une pièce quant à théâtre très roturier jouée à West dansd, le quartier regroupant la plupart quant às théâtres londonidanss. Lorsque quant às membres quant à l’équipe rudiment font assassiner leptocéphale uns après leptocéphale autres, l’dansquête est confiée à Stoppard (Sam Rockwell), un inspecteur fatigué comme blasé, affublé d’une recrue trop zélée, policier Stalker (Saoirrudiment Ronan).   La banquant à-annonce commdansce par nous présdanster... Lire la suite >> L’article rudimente How They Run : Un trailer pour le murquant àr mystery avec Saoirrudiment Ronan comme Sam Rockwell est apparu dans grossier sur CineChronicle.com.

Partager

Illusions perdues et Annette

La 47e cérémonie des César 2022 a eu lieu ce vendredi 25 février à l’Olympia afin de célébrer le retour du cinéma avec le triomphe d’Illusions perdues et Annette, bien que marquée émotionnellement par la mort de Gaspard Ulliel et l’invasion de l’Ukraine.

 

 

 

Antoine de Caunes – Cesar 2022

Avec les deux dernières cérémonies imprégnées d’accusations de sexisme, puis de revendications politiques, la 47e édition des César aurait dû fêter une nouvelle année de cinéma placée sous la réouverture des salles et le renouveau de l’Académie, mais l’ambiance était pesante dans la salle.

 

En dépit du discours sobre d’Antoine de Caunes, qui revenait en tant que maître de cérémonie depuis 2013, enjoignant à louer le cinéma, les pensées étaient tournées vers la situation en Ukraine et la disparition de Gaspard Ulliel en janvier dernier.

 

Des gagnants sans surprise…

 

Grand favori, et long-métrage ayant reçu le plus de nomination, Illusions Perdues remporte 7 récompenses sur ses 15 nominations. Ce drame historique français basé sur l’œuvre d’Honoré de Balzac a, bien entendu, hérité des César des Meilleurs costumes, décors et adaptation. Benjamin Voisin, révélé dans Été 85 de François Ozon, repart avec celui de l’Espoir masculin. Illusions perdues a surtout été sacré Meilleur Film. Un dénouement attendu pour ce long-métrage d’époque adapté d’un des fleurons de la littérature française.

 

Le musical Annette, porté par Adam Driver et Marion Cotillard, signant le retour de Leos Carax, associé aux frères du groupe The Sparks, remporte les catégories techniques : Meilleur son, musique originale, montage et effets visuels. Dix ans après Holy Motors, qui avait seulement été nommé pour les César en 2013, Leos Carax remporte enfin le prix de la Meilleure réalisation, après avoir reçu celui de la mise en scène à Cannes.

 

… ou presque

 

Annoncé et presque vendu d’avance, Adam Driver ne sera pas le 3e américain à recevoir le César du Meilleur acteur. C’est Benoît Magimel qui l’a obtenu grâce à son rôle dans De son vivant d’Emmanuelle Bercot. L’acteur n’avait, jusque-là, seulement été nommé dans la catégorie Meilleur acteur dans un second rôle, qu’il avait remporté en 2016 pour La Tête Haute, également d’Emmanuelle Bercot.

 

Dans un schéma identique, Virginie Efira était donnée grande gagnante pour son rôle dans Benedetta, le dernier Paul Verhoeven. Son précédent film, Elle, avait permis à Isabelle Huppert de repartir avec le César de la Meilleure actrice en 2017. Néanmoins, c’est Valérie Lemercier qui est montée sur scène afin de soulever la statuette grâce à son interprétation fictionnalisée de Céline Dion dans Aline. Il s’agit de la seconde actrice à recevoir cette récompense pour un film qu’elle a elle-même écrit et réalisé.

 

Concernant le César du Meilleur Film étranger, malgré de sérieux concurrents tels que Drive My Car et Julie (en 12 chapitres), c’est le français Florian Zeller qui l’emporte avec The Father.

 

L’omniprésence de la crise actuelle

 

Dans son discours d’ouverture, Antoine de Caunes s’est exprimé sur la situation en Ukraine : « Comment ne pas évoquer ce qui se passe en ce moment même à trois heures d’ici ? Eh bien, déjà en disant que ce que nous célébrons au César est précieux. L’Art, la parole libre, le travail d’équipe… On serait mal placé pour donner des leçons. On s’est fait beau, on va rire, on va être ému… Parce que l’essence de notre métier, c’est de continuer quoi qu’il arrive. Même si le monde semble s’effondrer autour de nous. Ce soir, pensons aux Ukrainiens et soyons à la hauteur de la chance qu’ils n’ont pas. »

 

Des paroles qui semblent répondre à certaines critiques pointant du doigt l’insensibilité de maintenir un tel événement alors qu’un pays est bombardé, et rappeler les limites revendicatrices du cinéma. Cela fait suite à la précédente édition qui avait choqué par la rancœur envers le gouvernement, accusé de laisser la culture à l’agonie en pleine crise du Covid.

 

Néanmoins, certains films dans la sélection témoignaient des préoccupations françaises : BAC Nord, La Fracture et L’Événement, film sur l’avortement dans les années 1960. Le premier a fait chou blanc, tandis que les deux autres ont remporté respectivement les César de Meilleure actrice dans un second rôle pour Aissatou Diallo Sagna et Meilleur espoir féminin pour Anamaria Vartolomei.

 

Antoine de Caunes a également rappelé que cette 47e cérémonie accueillait Julia Ducournau, Palme d’Or pour Titane, et Audrey Diwan, Lion d’Or pour L’Événement, dans une représentation des femmes dans le milieu du cinéma. Celles-ci ont néanmoins été oubliées des récompenses. Notamment Julia Ducournau qui ne pourra décidément compter que sur Cannes en guise de mise en avant, boudée des César et des Oscars, malgré sa sélection pour représenter la France.

 

Finalement, cette cérémonie témoigne encore des stigmates laissés par la pandémie sur le milieu du cinéma et d’autres problèmes politisés des dernières années, saupoudrée d’une guerre à l’Est qui marque ce rassemblement autour du 7e art.

 

Emilie Bollache

 

 

PALMARÈS CÉSAR 2022

Meilleur film

  1. « Aline » de Valérie Lemercier
  2. « Annette » de Leos Carax
  3. « BAC Nord » de Cédric Jimenez
  4. « L’Événement » de Audrey Diwan
  5. « La Fracture » de Catherine Corsini
  6. « Illusions Perdues » de Xavier Giannoli
  7. « Onoda, 10 000 nuits dans la jungle » de Arthur Harari

Meilleur réalisation

  1. Valérie Lemercier pour « Aline »
  2. Leos Carax pour « Annette »
  3. Cédric Jimenez pour « BAC Nord »
  4. Audrey Diwan pour « L’Événement »
  5. Xavier Giannoli pour « Illusions Perdues »
  6. Arthur Harari pour « Onoda, 10 000 nuits dans la jungle »
  7. Julia Ducournau pour « Titane »

Meilleure actrice

  1. Leïla Bekhti dans « Les Intranquilles »
  2. Valeria Bruni Tedeschi dans « La Fracture »
  3. Laure Calamy dans « Une femme du monde »
  4. Virginie Efira dans « Benedetta »
  5. Vicky Krieps dans « Serre moi fort »
  6. Valérie Lemercier dans « Aline »
  7. Léa Seydoux dans « France »

Meilleur acteur

  1. Damien Bonnard dans « Les Intranquilles »
  2. Adam Driver dans « Annette »
  3. Gilles Lellouche dans « BAC Nord »
  4. Vincent Macaigne dans « Médecin de nuit »
  5. Benoît Magimel dans « De son vivant »
  6. Pio Marmaï dans « La Fracture »
  7. Pierre Niney dans « Boîte Noire »

Meilleure actrice dans un second rôle

  1. Jeanne Balibar dans « Illusions Perdues »
  2. Cécile de France dans « Illusions Perdues »
  3. Aissatou Diallo Sagna dans « La Fracture »
  4. Adèle Exarchopoulos dans « Mandibules »
  5. Danielle Fichaud dans « Aline »

Meilleur acteur dans un second rôle

  1. François Civil dans « BAC Nord »
  2. Xavier Dolan dans « Illusions Perdues »
  3. Vincent Lacoste dans « Illusions Perdues »
  4. Karim Leklou dans « BAC Nord »
  5. Sylvain Marcel dans « Aline »

Meilleur espoir féminin

  1. Noée Abita dans « Slalom »
  2. Salomé Dewaels dans « Illusions Perdues »
  3. Agathe Rousselle dans « Titane »
  4. Anamaria Vartolomei dans « L’Événement »
  5. Lucie Zhang dans « Les Olympiades »

Meilleur espoir masculin

  1. Sandor Funtek dans « Suprêmes »
  2. Sami Outalbali dans « Une histoire d’amour et de désir »
  3. Thimotée Robart dans ‘Les Magnétiques »
  4. Makita Samba dans « Les Olympiades »
  5. Benjamin Voisin dans « Illusions Perdues »

Meilleur scénario original

  1. « Aline » de Valérie Lemercier
  2. « Annette » de Leos Carax
  3. « Boîte noire » de Yabb Gozlan
  4. « La Fracture » de Catherine Corsini
  5. « Onoda, 10 000 nuits dans la jungle » de Arthur Harari

Meilleur adaptation

  1. Yaël Langmann, Yvan Attal pour « Les Choses humaines »
  2. Audrey Diwan, Marcia Romano pour « L’Événement »
  3. Xavier Giannoli, Jacques Fieschi pour « Illusions Perdues »
  4. Céline Sciamma, Léa Mysius, Jacques Audiard pour « Les Olympiades »
  5. Mathieu Amalric pour « Serre moi fort »

Meilleurs décors

  1. « Aline »
  2. « Annette »
  3. « Délicieux »
  4. « Eiffel »
  5. « Illusions Perdues »

Meilleurs costumes

  1. « Aline »
  2. « Annette »
  3. « Eiffel »
  4. « Illusions Perdues »

Meilleure photographie

  1. Annette »
  2. « Illusions Perdues »
  3. « Les Olympiades »
  4. « Onoda, 10 000 nuits dans la jungle »
  5. « Titane »

Meilleurs effets visuels

  1. Sébastien Rame pour « Aline »
  2. Guillaume Pondard pour « Annette »
  3. Olivier Cauwet pour « Eiffel »
  4. Arnaud Fouquet, Julien Meesters pour « Illusions Perdues »
  5. Martial Vallanchon pour « Titane »

Meilleur montage

  1. « Annette »
  2. « BAC Nord »
  3. « Boîte noire »
  4. « La Fracture »
  5. « Illusions Perdues »

Meilleur son

  1. « Aline »
  2. « Annette »
  3. « Boîte noire »
  4. « Illusions Perdues »
  5. « Les Magnétiques »

Meilleure musique originale

  1. « Annette »
  2. « BAC Nord »
  3. « Boîte noire »
  4. « Les Olympiades »
  5. « La Panthère des neiges »

Meilleur premier film

  1. « Gagarine » de Fanny Liatard, Jérémy Trouilh
  2. « Les Magnétiques » de Vincent Maël Cardona
  3. « La Nuée » de Just Philippot
  4. « La Panthère des neiges » de Marie Amiguet, Vincent Munier
  5. « Slalom » de Charlène Favier

Meilleur film d’animation

  1. « Même les souris vont au paradis »
  2. « Le Sommet des Dieux »
  3. « La Traversée »

Meilleur court-métrage d’animation

  1. « Empty Places »
  2. « Folie douce, Folie dure »
  3. « Le Monde en soi »
  4. « Précieux »

Meilleur film documentaire

  1. « Animal »
  2. « Bigger Than Us »
  3. « Debout les femmes ! »
  4. « Indes Galantes »
  5. « La Panthère des neiges »

Meilleur court-métrage documentaire

  1. « America »
  2. « Les Antilopes »
  3. « La Fin des rois »
  4. « Maalbeek »

Meilleur court-métrage de fiction

  1. « L’Âge tendre »
  2. « Le Départ »
  3. « Des gens bien »
  4. « Les Mauvais garçons »
  5. « Soldat noir »

Meilleur film étranger

  1. « Compartiment N°6 » de Juho Kuosmanen
  2. « Drive My Car » de Ryûsuke Hamaguchi
  3. « First Cow » de Kelly Reichardt
  4. « Julie (en 12 chapitres) » de Joachim Trier
  5. « La Loi de Téhéran » de Saeed Roustayi
  6. « Madres Paralelas » de Pedro Almodóvar
  7. « The Father » de Florian Zeller