«Attaque injustifiée», «mépris»… la communauté internationale condamne les bombardements russes en Ukraine

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Une « effusion de sang », une « violation éclatante » du droit international, « une attaque injustifiée ». Tôt ce jeudi, la Russie a annoncé conduire une « opération militaire » en Ukraine, avant de bombarder le territoire ukrainien. Une déclaration de guerre après des mois de tentatives de négociations diplomatiques qui a vivement fait réagir la communauté internationale.

Macron appelle à cesser les opérations militaires

« La France condamne fermement la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine. La Russie doit mettre immédiatement fin à ses opérations militaires », a déclaré Emmanuel Macron, vers 8 heures ce matin sur Twitter, alors que la Russie a annoncé avoir détruit des bases militaires ukrainiennes. Un conseil de défense doit se tenir à 9 heures ce matin.

À quatre heures du matin cette nuit (heure française), le président russe Vladimir Poutine a diffusé une intervention surprise à la télévision locale, dans laquelle il annonçait une opération militaire en Ukraine pour défendre les séparatistes de l’est du pays et visant « la junte » au pouvoir. Face à cette situation, « la concertation entre partenaires et alliés va être intense toute la journée », a souligné l’Élysée.

La France condamne fermement la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine. La Russie doit mettre immédiatement fin à ses opérations militaires.

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) February 24, 2022

« Au peuple ukrainien, au président Zelensky, ce soir, je redis notre soutien, notre attachement à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine. En matière économique et financière, en matière d’équipements défensifs, la France continuera d’apporter son soutien », avait déjà déclaré le président français, un peu après minuit, sur Twitter encore.

La France s’est également exprimée à la tribune de l’ONU, réunie dans un Conseil de sécurité d’urgence au moment de l’attaque : « La Russie a fait le choix de la guerre. La France condamne dans les termes les plus forts le déclenchement de ces opérations », a dénoncé l’ambassadeur de France à l’ONU, Nicolas de Rivière.

Cette décision, « au moment même où ce Conseil est réuni, illustre le mépris dans lequel la Russie tient le droit international et les Nations unies », a-t-il ajouté. « Nous appelons la Russie à respecter le droit international humanitaire (…)nous appelons à la protection et au respect de tous les civils (…) », a-t-il également lancé.

L’ONU implore, « au nom de l’humanité »

Le Conseil de sécurité de l’ONU n’a pu que constater l’agression russe : « Président Poutine, au nom de l’humanité, ramenez vos troupes en Russie ! », a imploré le secrétaire général de l’organisation, Antonio Guterres, éprouvé par l’annonce d’une opération militaire russe en Ukraine au beau milieu de la session.

Le conflit déclenché par la Russie « doit s’arrêter maintenant », « c’est le moment le plus triste de mon mandat de secrétaire général des Nations unies », a ajouté le chef de l’ONU, alors que des explosions ont été entendues à Kramatorsk, ville dans l’est qui sert de quartier général à l’armée ukrainienne, à Kharkiv, deuxième ville du pays, à Odessa, à Kiev la capitale ainsi qu’à Lviv, à l’ouest du pays.

L’Ukraine appelle à une coalition internationale

Face aux agressions russes, le président ukrainien pousse pour une intervention de la communauté internationale : « Nous sommes en train de bâtir une coalition anti-Poutine », a déclaré Volodymyr Zelensky à l’issue d’entretiens avec des dirigeants étrangers. « Le monde doit contraindre la Russie à la paix », a-t-il déclaré.

Parmi les chefs d’États contactés, Emmanuel Macron : le président Zelensky demande à la France « des interventions multiples pour soutenir l’Ukraine », et appelle à l’unité européenne. Emmanuel Macron « lui a affirmé tout le soutien et la solidarité de la France », indique l’Élysée.

L’Union européenne promet des sanctions sans précédents

L’Union européenne a condamné jeudi le comportement « intolérable » de la Russie et prévenu que le régime du président russe Vladimir Poutine allait devoir affronter « un isolement sans précédent », après son intervention militaire en Ukraine.

« Les dirigeants russes devront faire face à un isolement sans précédent », a déclaré à Bruxelles devant la presse Josep Borrell, chef de la diplomatie de l’UE, en soulignant que les Vingt-Sept préparaient un nouveau train de sanctions qui est le « plus sévère jamais mis en œuvre ». Un sommet exceptionnel de l’UE a été convoqué ce jeudi soir à Bruxelles.

« Nous condamnons fermement l’attaque injustifiée et sans précédent de l’Ukraine par la Russie (…) la Russie viole de manière flagrante le droit international et sape la sécurité et la stabilité européennes et mondiales », ont déclaré dans un communiqué conjoint Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne et Charles Michel, président du Conseil européen

Les pays membres de l’Union et les pays européens ont également dénoncé chacun de leur côté l’agression russe ce jeudi. Le chancelier allemand Olaf Scholz, président temporaire du forum du G7, condamne un acte « sans scrupules » et parle d’une « violation éclatante du droit international ». C’est une « journée sombre » pour l’Europe toute entière, a-t-il fait savoir.

L’Italie et l’Espagne ont également condamné. La Finlande et en Suède, non-membres de l’Otan, ont chacun dénoncé « une attaque contre l’ordre de sécurité européen ». Le Danemark et la Norvège (qui n’est pas membre de l’UE) ont également vivement condamné l’offensive russe.

La Russie « seule responsable de la mort » provoquée, pour les États-Unis.

Le président américain Joe Biden a dénoncé « l’attaque injustifiée » de la Russie contre l’Ukraine. « Le président Poutine a choisi (de lancer) une guerre préméditée qui entraînera des souffrances et pertes humaines catastrophiques », a dit M. Biden dans un communiqué. « La Russie, seule, est responsable de la mort et de la destruction que cette attaque provoquera », a-t-il insisté, assurant que « le monde exigerait des comptes de la Russie ».

L’Otan fera tout pour « protéger et défendre ses alliés »

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a condamné jeudi l’ « attaque téméraire et non provoquée » de la Russie contre l’Ukraine, avertissant qu’elle mettait en péril d’« innombrables » vies.

« Je condamne fermement l’attaque téméraire et non provoquée de la Russie contre l’Ukraine, qui met en danger d’innombrables vies civiles. Une fois encore, malgré nos avertissements répétés et nos efforts inlassables en faveur de la diplomatie, la Russie a choisi la voie de l’agression contre un pays souverain et indépendant », a déclaré M. Stoltenberg dans un communiqué.

« Les Alliés de l’Otan vont se réunir pour faire face aux conséquences des actions agressives de la Russie. Nous sommes aux côtés du peuple ukrainien en ce moment terrible. L’Otan fera tout ce qu’il faut pour protéger et défendre tous les alliés », a-t-il ajouté. Par ailleurs, la Pologne a demandé l’activation de l’article 4 de l’Otan qui permet de réunir ses membres lors de menaces imminentes.

La Chine dit « suivre de près », sans condamner l’intervention russe

La Chine a indiqué jeudi qu’elle « suivait de près » la situation en Ukraine après l’intervention militaire de la Russie, s’abstenant de condamner Moscou et appelant à éviter une escalade.

« Nous exhortons toutes les parties à faire preuve de retenue pour éviter que la situation ne devienne hors de contrôle », a indiqué devant la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying, sans condamner la Russie.

Le Royaume-Uni dénonce une « effusion de sang »

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a condamné jeudi les « événements horribles en Ukraine », estimant que le président russe Vladimir Poutine « a choisi la voie de l’effusion de sang et de la destruction en lançant cette attaque non provoquée ». Boris Johnson a indiqué qu’il présidera une réunion de crise ce jeudi, après « les horribles attaques » de la Russie.

Le Japon souligne la déstabilisation internationale

L’attaque russe en Ukraine « secoue les fondations de l’ordre international », a dénoncé le Premier ministre japonais Fumion Kishida. « Nous condamnons fermement la Russie. Nous allons coordonner les efforts avec la communauté internationale dont les États-Unis, et réagir rapidement » face à cette situation, a ajouté M. Kishida devant la presse après une réunion d’un conseil de sécurité nationale.

L’Australie rehausse les sanctions

Le Premier ministre australien Scott Morrison a condamné l’« invasion illégale » de la Russie en annonçant une « deuxième série » de sanctions à l’encontre de quatre institutions financières et de 25 personnes appartenant à quatre entités en charge du développement et de la vente de d’équipements militaires.