VIDÉO. «Je sens l’anxiété en moi» : en Ukraine, si l’inquiétude monte, les habitants refusent de paniquer

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Les Russes pourraient attaquer l’Ukraine « à tout moment », ont répété dimanche de hauts responsables américains, au lendemain d’un appel entre Joe Biden et Vladimir Poutine. La Russie, qui nie toute volonté guerrière, a massé depuis novembre plus de 100 000 soldats à la frontière avec l’Ukraine. Elle a également entamé ces derniers jours des manœuvres militaires en Biélorussie et en Mer Noire.

Face à la montée des tensions autour de l’Ukraine, des résidents à Kiev ont exprimé leurs inquiétudes. « Nous ne voulons pas la guerre, personne ne veut la guerre, personne n’en a besoin. Avons-nous peur ? Probablement oui », confie Galyna qui réside à Kiev, la capitale de l’Ukraine. Dans les rues de la capitale, d’autres résidents refusent de céder à la panique. « Nous vivons normalement, comme avant. Nous ne faisons pas de préparatifs pour quelque chose d’extraordinaire. Nous savons que cela peut arriver mais nous espérons que ce ne sera pas le cas », témoigne Marianna Mukha.

De nombreux Etats, comme les Etats-Unis, l’Australie, l‘Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas ou encore la Suède, ont appelé leurs ressortissants à quitter le pays et modifient ou réduisent la présence de leur personnel diplomatique. « C’est exactement ce qui ajoute à la panique », témoigne Nicola Bogdan, un vendeur de voiture ukrainien. « Cela ne signifie pas qu’il faille paniquer, dans chaque situation, même la plus critique, il faut faire preuve de sang-froid, car la panique est néfaste », ajoute Alexi Lavrinenko, un résident de Kiev.

En France, certains expatriés ukrainiens restent néanmoins inquiets pour leurs proches. « On ne sait pas à quoi s’attendre vis-à-vis de la Russie. Ça fait peur », confie Irina, une Ukrainienne qui vit à Paris.