Risque d’invasion russe, rappels de nombreux ressortissants, dialogue Biden-Poutine : la crise en Ukraine s’envenime

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

La tension monte en Ukraine. Alors que 120 000 soldats russes sont massés à la frontière ukrainienne, la crise s’est enflammée ces dernières heures. Les États-Unis, qui craignent une invasion russe dans les prochains jours, ont appelé leurs ressortissants à quitter l’Ukraine, comme le Royaume-Uni et l’Union européenne. Emmanuel Macron et Joe Biden parleront à Vladimir Poutine samedi pour tenter de trouver une sortie de crise. Retour sur cette soirée électrique.

19h30 : l’Union européenne met en garde la Russie contre des « sanctions drastiques » en cas d’invasion

Les dirigeants européens font front. « Les alliés sont déterminés à prendre ensemble des sanctions rapides et drastiques contre la Russie en cas de nouvelles violations de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Ukraine », tweete le porte-parole du chancelier allemand Olaf Scholz à l’issue d’une réunion entre les dirigeants occidentaux, dont le président américain Joe Biden et le chef de l’État Emmanuel Macron.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, réaffirme elle « le fait que toutes les options étaient sur la table et que les sanctions concerneraient les secteurs financier et énergétique, ainsi que les exportations de produits de haute technologie ».

19h40 : le Royaume-Uni demande à ses ressortissants de quitter l’Ukraine et s’inquiète « pour la sécurité de l’Europe »

« Nous exhortons les ressortissants britanniques en Ukraine à partir immédiatement par des moyens commerciaux tant qu’ils restent disponibles », lance le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, qui assure que « la sûreté et la sécurité des ressortissants britanniques » sont la « priorité absolue » des autorités.

Dans le même temps, Boris Johnson fait un aveu lourd de sens. « Le Premier ministre a déclaré au groupe qu’il craignait pour la sécurité de l’Europe dans les circonstances actuelles », concède son porte-parole à l’issue d’une réunion de Boris Johnson avec les dirigeants des États-Unis, de l’Italie, de la Pologne, de la Roumanie, de la France, de l’Allemagne, du Conseil européen, de la Commission européenne et de l’OTAN.

20 heures : les États-Unis craignent une invasion de l’Ukraine pendant les J0

Une invasion de l’Ukraine par la Russie peut « intervenir à tout moment », y compris avant la fin des Jeux olympiques de Pékin prévue le 20 février, déclare le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, Jake Sullivan, au moment où Washington affirme que les Américains doivent quitter l’Ukraine « d’ici 24 à 48 heures ».

Les États-Unis craignent que l’invasion russe, jugée potentiellement imminente, commence par des bombardements aériens et inclut « un assaut rapide » contre Kiev. Alors que Washington affirme qu’aucune décision n’a « été prise » par Moscou, le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, Jake Sullivan, affirme que Joe Biden envisage d’appeler son homologue russe Vladimir Poutine pour tenter de le dissuader d’envahir l’Ukraine.

20h35 : l’Élysée annonce que Macron va parler à Poutine

Au moment où la tension monte en Ukraine, l’Élysée annonce que le chef de l’État parlera à Vladimir Poutine samedi midi. L’Élysée explique que les Occidentaux veulent résoudre par « la voie diplomatique, le dialogue et la dissuasion » le conflit. Ce nouvel échange intervient quelques jours après la rencontre entre les deux présidents à Moscou, lundi.

21h30 : l’UE recommande à son personnel non essentiel de quitter l’Ukraine

Dans la foulée des déclarations américaines et britanniques, l’Union européenne appelle ses personnels non essentiels à quitter l’Ukraine. « Le personnel non essentiel a la possibilité de télétravailler depuis l’extérieur du pays », précise Peter Stano, le porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Cet appel n’est pas une « évacuation », rappelle l’UE, qui évalue heure par heure la situation.

22h20 : Biden et Poutine vont se parler samedi, annonce la Maison Blanche

Joe Biden et Vladimir Poutine « se parleront samedi matin », à l’heure de la côte est des États-Unis, affirme un haut responsable de la Maison Blanche. « La Russie a proposé un appel téléphonique lundi. Nous avons alors proposé samedi et ils ont accepté », explique-t-il. Cet appel interviendra au lendemain d’un premier échange, vendredi soir, entre les chefs d’état-major américain et russe qui « ont discuté de plusieurs sujets de préoccupation en matière de sécurité ».

23h20 : Blinken réaffirme le soutien « ferme » des États-Unis à Kiev

Le chef de la diplomatie américaine a assuré à son homologue ukrainien que son pays continuait de « bénéficier du soutien durable et inébranlable des États-Unis pour sa souveraineté et son intégrité territoriale », ont rapporté ses services dans un communiqué. Dans son appel au ministre ukrainien, Antony Blinken a souligné que « toute agression russe » provoquerait des « conséquences rapides, sévères et unitaires » de la part des Occidentaux.

Washington a accru ces derniers mois son soutien militaire « défensif » à l’armée ukrainienne. Mais le président Joe Biden a encore réaffirmé clairement jeudi qu’il n’enverrait pas de soldats américains sur le terrain en Ukraine, même pour évacuer des Américains dans l’hypothèse d’une invasion russe, car cela pourrait dégénérer en « une guerre mondiale ».