Canada : Biden prévient Trudeau des «conséquences sérieuses» du blocage par les «convois de la liberté»

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Pressé par le président américain mais aussi par le dirigeant de l’Ontario, le Premier ministre canadien Justin Trudeau, jugé attentiste par l’opposition, a assuré vendredi que « toutes les options sont sur la table parce que cette activité illégale doit cesser » pour mettre fin aux convois de manifestants anti-mesures sanitaires qui bloquent les frontières et la ville d’Ottawa depuis deux semaines.

« Les frontières ne peuvent pas et ne vont pas rester bloquées », a-t-il ajouté évoquant sa conversation avec le président américain à ce sujet. Joe Biden « s’est dit préoccupé par le fait que les entreprises et les travailleurs américains subissent des conséquences sérieuses, notamment des ralentissements de la production, une réduction des heures de travail et des fermetures d’usines », a indiqué l’exécutif américain dans un communiqué.

Washington propose son aide

Depuis bientôt deux semaines, un mouvement de protestation contre les mesures sanitaires paralyse la capitale canadienne Ottawa mais aussi plusieurs axes frontaliers majeurs avec les Etats-Unis. Washington a appelé jeudi le Canada à employer les « pouvoirs fédéraux ». Les responsables de la Maison Blanche ont proposé une « aide pleine et entière », précisant que plusieurs ministres américains étaient en contact régulier avec leurs homologues canadiens à ce sujet.

« On ne veut jamais déployer l’armée contre la population, c’est quelque chose à éviter à tout prix. C’est une solution de dernier, dernier, dernier recours », a continué le Premier ministre canadien. « Avant ça, il y a tellement d’étapes que l’on doit et que l’on est en train d’utiliser » a-t-il dit précisant « donc on n’en est pas encore là ».

Justin Trudeau met en garde les manifestants que dorénavant, « toutes les options sur la table ». Selon M. Trudeau, les conséquences vont s’aggraver si les blocages illégaux ne sont pas démantelés et que les interventions policières « seront de plus en plus robustes ».#polcan pic.twitter.com/tj2ZGWsz3C

— CPAC (@CPAC_TV) February 11, 2022

Il a expliqué qu’il allait avant tout favoriser une approche « progressive », avec une intervention policière « de plus en plus robuste ». « Si vous rejoignez les manifestations parce que vous en avez assez du Covid, vous devez maintenant comprendre que vous enfreignez les lois. Les conséquences sont de plus en plus graves », a-t-il précisé.

Une attitude jugée trop attentiste par certains. « C’est inacceptable qu’un Premier ministre d’un pays du G7, un des pays les plus puissants au monde, n’agisse pas, ne montre pas de leadership pour régler cette situation », a dénoncé Jagmeet Singh, chef du Nouveau parti démocratique (NPD). « Le problème, c’est qu’au départ, Justin Trudeau a jeté de l’huile sur le feu en mettant tous les manifestants dans le même sac, puis il est resté silencieux pendant cinq jours et maintenant il ne semble pas prendre ses responsabilités », explique Daniel Béland, politologue de l’université McGill à Montréal.

Plus tôt, Doug Ford, Premier ministre de l’Ontario, province où se trouvent le pont Ambassador mais aussi la capitale fédérale Ottawa, a déclaré l’état d’urgence en raison des manifestations « illégales » qui se tiennent depuis deux semaines. « Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour assurer la réouverture de la frontière. Et aux habitants d’Ottawa assiégés, je leur dis : nous allons veiller à ce que vous puissiez reprendre une vie normale dès que possible », a déclaré le dirigeant de cette province Doug Ford.

La fermeture depuis lundi du pont Ambassador avait monté la tension d’un cran dans le pays en raison des répercussions économiques rapides, notamment sur l’industrie automobile des deux côtés de la frontière, ce qui a fait réagir les Etats-Unis. Plus de 25 % des marchandises exportées entre les Etats-Unis et le Canada y transitent. Deux autres axes frontaliers sont également bloqués : le premier, à Emerson, relie la province du Manitoba au Dakota du Nord, tandis que le second est situé en Alberta.