Au Royaume-Uni, la semaine de quatre jours devient tendance

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec le bac et une courte formation dans le tourisme chez cavité, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau lequel lui a permis de sillonner les Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elle ?

Partager

Plusieurs entreprises technologiques britanniques viennent d’annoncer qu’elles adoptent la semaine de quatre jours, présentée comme “une évolution inéluctable” par le PDG de l’une d’entre elles.

La semaine de quatre jours, il y a des entreprises britanniques qui la testent sous le regard de chercheurs dans le cadre du programme pilote 4 Day Week UK et il y a celles qui sautent “définitivement” le pas sans état d’âme, rapporte le Financial Times.

C’est notamment le cas, depuis le 7 février, du concepteur de logiciels WANdisco, qui emploie 180 personnes à Sheffield, dans le nord de l’Angleterre, et à San Ramon, en Californie, et qui compte Google et Amazon parmi ses clients. WANdisco est la première entreprise britannique cotée en Bourse à prendre une telle initiative, souligne le quotidien économique qui y voit “le dernier signe du bouleversement des modes de travail traditionnels provoqué par la pandémie” :

WANdisco a demandé à ses employés d’ajouter le vendredi à leur week-end et devient l’un des plus importants employeurs technologiques du pays à opter pour ce dispositif.”

“Une décision logique”

David Richards, patron et fondateur de l’entreprise, explique que la pandémie a permis d’accroître la productivité au sein de son personnel, qui travaille désormais en grande partie à domicile. Le travail autrefois effectué en cinq jours peut donc être facilement réalisé en moins de temps. Le PDG prévoit un niveau de productivité encore amélioré et un gain supplémentaire en termes de bien-être du personnel.

“Les salaires des employés ne seront pas affectés par cet aménagement du temps de travail, précise le Financial Times. Et si le vendredi devient officiellement le jour de congé par défaut, les salariés auront la possibilité de choisir un autre jour dans la semaine.”

Pour David Richards, cette décision, qui répond “à une réalité économique inéluctable”, est parfaitement logique. “Le travail à domicile est devenu une évidence pour de nombreuses entreprises et le passage à la semaine de quatre jours s’inscrit naturellement dans cette tendance qui vise à offrir plus de flexibilité.”

Quelques jours auparavant, fin janvier, trois autres entreprises britanniques étaient passées à la semaine de quatre jours : Yo Telecom, le développeur de jeux Hutch et le spécialiste de la formation MBL Seminars. Mais d’autres entreprises préfèrent adopter des aménagements différents du temps de travail. La banque en ligne Monzo propose ainsi à ses employés trois mois de congés payés tous les quatre ans. Quant au cabinet de conseil et d’ingénierie Arup, il permet désormais au personnel de répartir ses heures de travail sur sept jours.

Source

Fondé en 1888 sous le nom de London Financial Guide, un journal de quatre pages destiné “aux investisseurs honnêtes et aux courtiers respectables”, le Financial Times est aujourd’hui le quotidien financier et économique de

[…]

Lire la suite