Ukraine : les Etats-Unis craignent une invasion de grande ampleur par la Russie

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Emmanuel Macron, qui doit se rendre lundi à Moscou et en Ukraine, va prôner la désescalade et le dialogue. Mais pour les États-Unis, l’affaire est entendue : la Russie prépare une invasion de grande ampleur.

Selon le Renseignement américain, la Russie accentue les préparatifs d’une invasion à grande échelle de l’Ukraine. Elle disposerait déjà de 70 % du dispositif nécessaire à une telle opération, selon des responsables américains. Moscou a déjà massé 11 000 soldats aux frontières de l’Ukraine, et pourrait disposer de capacités suffisantes pour lancer une offensive dans deux semaines, selon ces responsables qui ont informé ces derniers jours les élus du Congrès américain et les partenaires européens des États-Unis. Ils ont précisé que le Renseignement américain n’avait pas établi si le président russe Vladimir Poutine avait pris la décision de passer à l’offensive ou non, mais qu’il voulait se donner toutes les options possibles, de l’invasion partielle de l’enclave séparatiste du Donbass à l’invasion totale.

150 000 hommes mobilisables mi-février, selon le Renseignement américain

Selon les États-Unis, au rythme où le dispositif militaire russe continue de se renforcer autour de l’Ukraine, le maître du Kremlin devrait disposer des forces suffisantes pour une invasion à grande échelle, soit 150 000 hommes, à la mi-février. Si le président russe choisit l’option la plus radicale, il pourrait encercler Kiev, la capitale ukrainienne, et renverser le président Volodymyr Zelensky en 48 heures, selon ces responsables.

Ils ont prévenu que le conflit aurait un coût humain considérable avec le risque de provoquer la mort de 25 000 à 50 000 civils, 5 000 à 25 000 soldats ukrainiens et 3 000 à 10 000 soldats russes. En outre, il pourrait aussi causer un afflux de 1 à 5 millions de réfugiés, principalement vers la Pologne.

VIDÉO. L’ex-boxeur Klitschko, maire de Kiev, promet de « défendre » sa ville en cas d’attaque russe

De son côté, la Russie a démenti toute velléité d’invasion, affirmant vouloir seulement garantir sa sécurité. Moscou a également annoncé des « manœuvres militaires » conjointes avec la Biélorussie, où elle a massé plusieurs bataillons au nord de Kiev et dans la région de Brest, non loin de la frontière polonaise.

Cependant, la présidence ukrainienne a jugé ce dimanche que les chances de trouver une « solution diplomatique » à la crise avec la Russie étaient « considérablement supérieures » à celle d’une « escalade » militaire. Selon l’Ukraine, les troupes russes positionnées près des frontières sont surtout là pour « effectuer une pression psychologique massive. »