Tensions Russie-Ukraine : le transfert de renforts américains vers la Pologne a commencé

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Le transfert de renforts américains vers la Pologne, envoyés pour rassurer les alliés inquiets des tensions russo-ukrainiennes, « a commencé », a déclaré samedi à un porte-parole de l’armée polonaise.

« Les premiers militaires sont bien arrivés à l’aéroport de Jesionka » (sud-est), a déclaré le major Przemyslaw Lipczynski, en ajoutant que les principales forces d’un contingent américain de 1700 soldats doivent arriver « prochainement ».

3 000 soldats américains en plus en Europe

Le major Lipczynski a indiqué que des préparatifs logistiques « ont commencé depuis la semaine dernière ». Samedi, un avion avec des soldats de la 82e division aéroportée américaine a atterri à Jesionka.

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi dernier l’envoi de 3 000 soldats américains supplémentaires en Europe de l’Est pour défendre les pays de l’Otan « contre toute agression », en plein ballet diplomatique visant à convaincre Moscou de retirer ses troupes massées aux frontières de l’Ukraine.

Les nouvelles troupes américaines s’ajoutent aux 8 500 militaires placés en état d’alerte fin janvier par le président américain Joe Biden pour être déployés dans la force de réaction rapide de l’Otan en cas de besoin.

Les Occidentaux accusent Moscou depuis fin 2021 d’avoir massé des dizaines de milliers de soldats aux frontières de l’Ukraine en vue d’une potentielle invasion, ce que la Russie dément, affirmant vouloir seulement garantir sa sécurité.