Tensions en Ukraine : le Kremlin évoque un dialogue «constructif» entre Poutine et Macron

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Les discussions se poursuivent, sans résolution annoncée. Le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron ont discuté de l’Ukraine et notamment des « garanties de sécurité » exigées par Moscou jeudi, lors de leur troisième conversation téléphonique de la semaine sur ce sujet, a indiqué le Kremlin.

« Un dialogue constructif a continué sur les questions de l’Ukraine et de l’initiative russe pour instaurer des garanties juridiques à long terme concernant la sécurité de la Fédération de Russie », a indiqué le Kremlin dans un communiqué, évoquant à nouveau les « provocations » des dirigeants ukrainiens.

L’intense activité diplomatique du chef de l’État français devrait se poursuivre dans les prochains jours puisqu’il « n’exclut pas » de se rendre à Moscou, tout comme le chancelier allemand Olaf Scholz, et peut-être à Kiev. Emmanuel Macron est « persuadé » de la « nécessité » d’avoir un « dialogue direct » avec Vladimir Poutine, car « cela permet d’avoir des avancées », explique-t-on à l’Élysée.

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué sur Twitter avoir discuté dans la journée avec Emmanuel Macron d’une « accélération du processus de paix du processus de paix dans le cadre du format Normandie », réunissant Russie et Ukraine avec médiation de la France et de l’Allemagne.

De nouveaux soldats déployés

Les Occidentaux accusent Moscou depuis fin 2021 d’avoir massé des dizaines de milliers de soldats aux frontières de l’Ukraine en vue d’une potentielle invasion. La Russie dément toute velléité agressive, mais conditionne la désescalade à la fin de la politique d’élargissement de l’Otan, notamment à l’Ukraine, et un retrait d’Europe de l’Est de ses capacités militaires.

Washington a rejeté ces exigences, proposant en échange que les rivaux s’engagent à ne pas déployer de moyens militaires offensifs en Ukraine, que Moscou inspecte certaines infrastructures militaires qui l’inquiètent en Europe, et que les deux pays s’accordent sur des mesures de contrôle des armements. Faute d’un retrait militaire russe, Washington a annoncé renforcer le flanc oriental de l’Otan en redéployant un millier des soldats d’Allemagne vers la Roumanie.

Le président américain Joe Biden a en outre décidé de renforcer l’Otan avec 2 000 soldats américains supplémentaires qui seront déployés en Pologne et en Allemagne. Un avion de transport avec un premier contingent est déjà parti jeudi de la base militaire de Fort Bragg en Caroline du Nord. Ces troupes s’ajoutent aux 8 500 militaires placés en état d’alerte fin janvier pour être déployés dans la force de réaction rapide de l’Otan en cas de besoin.