Tir de missile en Corée du Nord : les Etats-Unis demandent une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Un œil sur l’Ukraine, un autre sur la Corée du Nord… Les États-Unis ont demandé une réunion d’urgence jeudi du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Corée du Nord, qui a procédé dimanche au tir de son plus puissant missile depuis 2017, a-t-on appris mardi de sources diplomatiques. Cette réunion devrait se tenir à huis clos. Il revient à la Russie, présidente en exercice du Conseil de sécurité pour le mois de février, d’entériner son organisation.

Pyongyang a confirmé lundi avoir lancé la veille son plus puissant missile depuis 2017, un missile balistique sol-sol à portée intermédiaire et longue Hwasong-12. Un peu plus tôt, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait dénoncé dans un communiqué un tir de missile balistique qui « rompt avec le moratoire annoncé en 2018 » par ce pays pour ce type d’engin. Ce tir représente « une violation claire des résolutions du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté en le condamnant.

Le tir nord-coréen dimanche couronne un mois de tests en série et fait craindre une reprise des essais nucléaires et de missiles intercontinentaux par Pyongyang.

En 2017, le Conseil de sécurité de l’ONU avait décidé à l’unanimité et à trois reprises d’imposer de nouvelles sanctions économiques lourdes à la Corée du Nord pour ses essais nucléaires et de missiles. Ces sanctions, dernière preuve d’unité du Conseil sur le dossier nord-coréen, affectent notamment les importations de pétrole du pays et ses exportations de charbon, de fer, de textile ou de pêche.