Face à la pénurie de cadres dirigeants, l’immigration est la solution

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Les entreprises allemandes ont du mal à recruter des cadres car les jeunes diplômés se détournent d’elles. Mais les personnes issues de l’immigration et les femmes compétentes ne manquent pas et pourraient occuper ces postes.

Les grandes entreprises sont désespérées. Elles n’ont jamais eu autant besoin de recruter et elles peinent à pourvoir les postes de cadres vacants. “Ironie du sort, note Der Spiegel, à l’heure où les Allemands prennent massivement leur retraite, les rêves de carrière de ceux qui devraient être en train de grimper les échelons changent : ils préfèrent la créativité à la roue de hamster, se réaliser soi-même plutôt que de trimer.” Pour comprendre ce phénomène, le magazine s’est rendu à la prestigieuse European Business School (EBS), où la scolarité coûte la modique somme de 43 085 euros pour une licence en administration des affaires. Parmi les étudiants, rares sont ceux qui aspirent à une brillante carrière dans un cabinet de conseil ou une multinationale. La majorité dit vouloir monter sa propre entreprise, comme Claas Wunderer, 19 ans, qui veut “être libre et prendre [ses] propres décisions”.

“Il est devenu plus difficile de trouver de jeunes professionnels qualifiés”, explique Andreas Butz, responsable des ressources humaines dans le cabinet d’audit financier et de conseil EY (Ernst and Young). Ses confrères aussi s’arrachent les cheveux. Que cela soit pour être plus libres et maîtriser leur temps ou s’investir dans des collectifs qui œuvrent contre le réchauffement climatique, les jeunes Allemands qualifiés manquent à l’appel pour occuper les postes de manager.

La solution : recruter de nouveaux profils

Manque d’ambition ou quête de sens ? Du haut de ses 77 ans, le

[…]

Source

Lancé en avril 2016 et destiné aux expatriés français et aux candidats à l’expatriation, Courrier Expat offre des informations puisées dans la presse internationale sur l’environnement professionnel et personnel des Français de l’étranger, sur le

[…]

Lire la suite