Hongkong : surpris dans une fête en plein Covid-19, un ministre démissionne

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

L’affaire résonne avec la succession de scandales similaires qui ont éclaboussé Downing Street ces dernières semaines mais c’est à l’autre bout du monde, à Hongkong, que tout se passe cette fois. Caspar Tsui, le ministre des Affaires intérieures hongkongais, a démissionné ce lundi après avoir participé à une fête d’anniversaire réunissant plus de 200 convives, au moment où les autorités avaient demandé à la population d’éviter les rassemblements pour prévenir la propagation du Covid-19.

« J’ai présenté ma démission à la cheffe de l’exécutif et j’ai l’intention de quitter mon poste aujourd’hui », a annoncé dans un communiqué Caspar Tsui. « Étant l’un des principaux responsables chargés de la lutte contre l’épidémie, je n’ai pas donné le meilleur exemple », concède-t-il. Le ministre de 45 ans était l’une des figures montantes de l’establishment pro-Pékin à Hongkong.

L’embarras de Carrie Lam

Cette affaire embarrasse le gouvernement de la cheffe de l’exécutif de Hongkong Carrie Lam dont le mandat, qui s’achève en mars, a été marqué par les grandes manifestations pro-démocratie de 2019 et par la vaste répression de la dissidence qui a suivi. Carrie Lam, qui a indiqué rapidement qu’elle acceptait la démission de son ministre, a précisé que celui-ci n’utilisait pas, par ailleurs, l’application de contact-tracing développée par les autorités locales.

Caspar Tsui, who resigned today as home affairs minister over the birthday bash scandal, did not use the government’s LeaveHomeSafe contact tracing app, according to HK leader Carrie Lam

Another top official Allen Fung said his memory was hazy after drinking alcohol at the party pic.twitter.com/G5bjSDYt3r

— Chan Ho-him (@ThomasHHChan) January 31, 2022

Le 3 janvier, plus de 200 convives avaient participé dans un bar à tapas espagnol de Hongkong à la fête d’anniversaire de Witman Hung, le représentant de la ville à l’Assemblée nationale populaire de Chine. Aux côtés de Caspar Tsui figuraient d’autres dignitaires, comme les chefs de la police et de l’agence anticorruption.

Karaoké et photos décontractées

Le scandale a éclaté quand, en raison de la présence à cette fête d’une personne contaminée au Covid-19, une grande partie des participants – dont Caspar Tsui – ont été envoyés par les autorités à l’isolement dans un camp de quarantaine, comme c’est la règle à Hongkong pour tous les « cas contacts ».

Même si la fête d’anniversaire n’était pas illégale, elle a eu lieu trois jours après que les autorités sanitaires de la ville eurent recommandé à la population d’éviter les grands rassemblements. Des photos de la fête, montrant les dignitaires chanter du karaoké et poser sans masque, avaient fuité dans la presse de Hongkong, et Carrie Lam avait ordonné une enquête.

Hongkong a été largement épargné par la pandémie de Covid-19, au prix d’une politique draconienne d’isolement, de dépistage, de traçage de cas et de mesures-barrière. L’apparition récente de foyers épidémiques liés aux variants Delta et Omicron ont entraîné un nouveau durcissement des restrictions.