Burkina Faso : une soixantaine de djihadistes tués par la force Barkhane et l’armée burkinabè

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

Malgré le putsch à Ouagadougou, sur le terrain la guerre continue au Burkina Faso. Une soixantaine de djihadistes ont été tués dans le nord du pays lors d’une opération conduite par les forces burkinabè, assistées par des unités françaises de l’opération Barkhane, a annoncé dimanche l’état-major de l’armée française.

« À quatre reprises, entre le 16 et le 23 janvier 2022, différents groupes de terroristes ont été localisés, identifiés et neutralisés par les forces burkinabè et par les unités de Barkhane », a-t-on appris auprès de l’état-major. « Au total, près d’une soixantaine de terroristes ont été mis hors de combat. Une vingtaine de motos et plusieurs pick-up armés ont été détruits », a poursuivi l’armée française.

« Cette opération, à proximité de la frontière avec le Mali, visait à reconnaître des zones connues pour abriter des refuges pour les groupes armés terroristes. À quatre reprises, entre le 16 et le 23 janvier 2022, différents groupes de terroristes ont été localisés, identifiés et neutralisés par les forces burkinabè et par les unités de Barkhane » précise un communiqué.

Frappes aériennes et attaques de drones

Une patrouille de Tigre est ainsi intervenue le 16 janvier pour neutraliser un groupe de terroristes dans la région de Gorom-Gorom. Les 17 et 18 janvier, des frappes aériennes de la Force Barkhane, guidées par des unités burkinabè ont permis de détruire plusieurs véhicules et de neutraliser une colonne de terroristes à proximité de la frontière entre le Burkina Faso et le Mali. Enfin le 23 janvier, l’engagement combiné de chasseurs Mirage 2000 et de drones a conduit à la neutralisation d’un autre groupe de terroristes et à la destruction d’une dizaine de motos à l’est de Djibo.

« Le bilan de cette opération conjointe traduit le très bon niveau de coopération avec les forces armées du Burkina Faso, en appui desquelles la Force Barkhane s’est engagée pour protéger les populations et lutter contre le terrorisme » a souligné l’État-Major français dans son communiqué. « Cette opération illustre l’engagement et la détermination de Barkhane et de tous ses partenaires à poursuivre le combat contre les groupes armés terroristes » conclut les forces armées françaises.