L’Allemagne veut recruter 400  000 professionnels étrangers par an

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Pour faire face au vieillissement de sa population, le pays doit réformer radicalement sa politique d’immigration.

“Une politique d’immigration moderne afin de maîtriser le vieillissement du marché du travail” : c’est ce que préconise Christian Duerr dans un entretien accordé à la WirtschaftsWoche. Il s’agit prendre toutes les mesures nécessaires pour attirer chaque année “au moins 400 000 travailleurs qualifiés étrangers” dans le pays, précise le leader du groupe parlementaire libéral-démocrate (FDP), membre avec les Verts de la coalition qui vient de porter au pouvoir le chancelier social-démocrate Olaf Scholz.

“La pénurie de travailleurs qualifiés est maintenant si grave qu’elle ralentit considérablement notre économie”, poursuit Christian Duerr dans le magazine économique de Düsseldorf. Les politiques d’immigration allemandes doivent donc “changer de cap le plus rapidement possible et très profondément”.

Bientôt un permis de travail à points

Le chiffre avancé de 400 000 professionnels étrangers supplémentaires par an – venus de pays membres de l’Union européenne ou d’ailleurs – correspond à l’estimation haute évoquée récemment par Detlef Scheele, le président de l’Agence fédérale pour l’emploi (ZAV), qui déplorait que son agence n’ait eu à traiter en 2021 que 3 200 dossiers de travailleurs étrangers.

Pour rendre le marché du travail allemand plus attractif, la coalition gouvernementale a notamment prévu de proposer, à l’instar de l’Australie ou de la Nouvelle-Zélande, un système de permis de travail à points destinés aux professionnels qualifiés non européens – ainsi qu’un relèvement du salaire minimum horaire.

Selon certaines études, l’Allemagne doit se préparer à perdre plus de 300 000 travailleurs cette année du seul fait des départs en retraite non compensés. Une tendance qui ne fera que s’accentuer jusqu’en 2030.

Source

Le principal magazine économique allemand destiné aux milieux d’affaires. Cette publication a repris l’ancien magazine économique autrichien Wochenpresse. Néanmoins la WirtschaftsWoche de Vienne reste toujours le principal

[…]

Lire la suite