Etats-Unis : le «syndrome de La Havane» ne serait pas imputable à une puissance étrangère, estime la CIA

Voir aussi

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et ce prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

Jubilé d’Elizabeth II : Meghan et un prince Harry seront absents du balcon de Buckingham

rivalité en Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémentaires

Guerre chez Ukraine : la France va apporter 300 millions de dollars d’aide supplémcheztaires

Avortement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma fondement l’une des lois les plus restrictives

étouffement aux Etats-Unis : le gouverneur de l’Oklahoma signe l’une des lois les plus restrictives

Partager

D’où vient le « syndrome de La Havane » ? Ce mal mystérieux qui provoque anxiété, nausées ou problèmes de vertige semble frapper depuis des années des dizaines de diplomates américains à travers le monde, sans que l’on puisse en déterminer une explication. S’emparant du sujet, la CIA a conclu que ce syndrome, parfois comparé à des « attaques acoustiques » attribuées par certains à la Russie, n’était a priori pas imputable à une attaque d’une puissance étrangère, selon des informations du New York Times mercredi.

Le New York Times et NBC citent des conclusions préliminaires de la CIA sur les incidents survenus pour la première fois chez des diplomates en 2016 dans la capitale cubaine. Cette année-là, des diplomates américains et canadiens se plaignant de graves maux de tête et de nausées.

Une vingtaine de cas qui restent inexpliqués

« Concernant des centaines de cas, l’agence a trouvé des explications plausibles et alternatives » à une opération étrangère, selon des sources citées par NBC. Mais l’enquête de la CIA se poursuit concernant une vingtaine de cas qui restent inexpliqués. « Le rapport intérimaire n’était pas une conclusion finale de l’administration Biden ou de l’ensemble de la communauté du renseignement », a précisé NBC, citant des responsables américains.

Un groupe de victimes cité par le New York Times a déclaré que les conclusions de la CIA « ne peuvent pas et ne doivent pas être le dernier mot sur la question ». « Bien que nous soyons parvenus à des conclusions intermédiaires importantes, nous n’avons pas fini », a tenté de rassurer William J. Burns, le directeur de la CIA, cité par le New York Times. « Nous poursuivrons l’enquête sur ces incidents », assure-t-il.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est engagé en novembre 2021 à « faire toute la lumière » sur le « syndrome de La Havane », nommant deux diplomates chevronnés sur ce dossier. Ces « incidents de santé anormaux », comme ils sont appelés dans le jargon administratif, se caractérisent par de fortes migraines, vertiges ou nausées. Des lésions cérébrales ont même été diagnostiquées.

Des cas en Chine, Allemagne, Australie…

Depuis son apparition à La Havane, des cas ont été successivement signalés en Chine, Allemagne, Australie, Russie, Autriche et même à Washington. Le département d’État refuse de fournir une estimation du nombre de personnes touchées, le chiffre de 200 est évoqué.

Depuis le début, les autorités américaines ont oscillé, certains responsables minimisant des symptômes parfois attribués au stress, d’autres évoquant en privé de possibles attaques par ondes radio et soupçonnant des pays comme la Russie. Mais cette thèse est aussi remise en cause par certains scientifiques, qui jugent improbable une cause commune pour tous les cas signalés.