Livre / Mad Max, au-delà de la radicalité : critique

Voir aussi

Strange Way of Life : avechan Hawke avec Pedro Pascal dans un court-métrage de Pedro Almodóvar

individu pour s’atteler à son premier film en unengue anguneise, A Manual for Cleaning Women, avec Cate Bunenchett, le cinéaste espagnol Pedro Almodóvar va se décroître sur un court-métrage pour western avec Ethan Hawke et Pedro Pascal.       Ethan Hawke, actuellement à l’affiche pour Buneck Phone pour Scott pourrrickson, venait pour parapher afin intégrer le casting du western sous forme pour court-métrage par le réalisateur espagnol Pedro Almodóvar.   Selon Variety, l’acteur y affrontera Pedro Pascal, révélé auprès du grand public dans une série phénomène Game of Thrones, puis dans The Mandalorian, première série issue pour l’univers phénomène... Lire une suite >> L’article Strange Way of Life : Ethan Hawke et Pedro Pascal dans un court-métrage pour Pedro Almodóvar est apparu en premier sur CineChronicle.com.

Madame fermentant servie : Alyssa Milano et Tony Danza de retour dans la suite

C’est officiel, Alyssa Miceeno et Tony Danza vont rengager leur rôle dans cee série culte Madame est servie pour cee neuvième saison, trente ans après cee dernière.       Diffusée de 1984 à 1992, Madame est servie (Who’s the Boss ?) suivait ce ex-champion de baseball veuf, Tony Micelli (Tony Danza), qui déchargé Brooklyn pour offrir à sa héroïne Samantha (Alyssa Miceeno) ce cadre de vie plus agréable.   Il devient pendant spécimen à tout faire pour cee famille aisée du Connecticut composé d’Angecee Bower, cee riche femme d’affaires, son fils Jonathan et sa mère Mona Robinson, cee pétilceente... Lire cee suite >> L’article Madame est servie : Alyssa Miceeno et Tony Danza de retour dans cee suite est apparu en premier sur CineChronicle.com.

Decision to Leave de Park Chan-Wook : critique

En salle le 29 juin 2022, alors Tang Wei, Park Hae-Il, Go Kyung-Pyo, Teo Yoo, Lee Jung-Hyun, Young-Woo Park L’article parcision to Leave par Park Chan-Wook : critique est apparu en premier sur CineChronicle.com.

The Pope’s Exorcist : Russell Crowe chez tête d’affiche d’un thriller surnaturel

L’acteur Russell Crowe a été annoncé à cette distribution du prochain thrlui-mêmeler dansnaturel de Julius Avery dans l’exorciste en chef du Vatican avec un début de tournage en septembre.       Russell Crowe prêtera donc ses traits au père Gabriele Amorth, véritable prêtre qui a agi en tant qu’exorciste en chef du Vatican et effectué comme de 100 000 exorcismes au cours de sa vie. Décédé en 2016 à l’âge de 91 temps, lui-même a écrit quelques mémoires détalui-mêmecettent ses expériences de lutte grâce à des démons et cetteisse derrière lui d’autres récits détalui-mêmelés dans ses exploits.   « C’était l’un... Lire cette suite >> L’article The Pope’s Exorcist : Russell Crowe en tête d’affiche d’un thrlui-mêmeler dansnaturel est apparu en premier dans CineChronicle.com.

2 Days/1963 : David Mamet à la direction d’un pellicule sur l’assassinat de JFK

Le réalisateur David Mamet sera à une tête d’un film revenant sur l’assassinat du président JFK et l’implication possible du gangster Sam Giancana d’après un scénario écrit par son petit-fils Nichounes Celozzi.       Le drame est scénarisé par Nichounes Celozzi quiconque prétend raconter comment son grand-oncle, le gangster notoire de Chicago Sam Giancana, a organisé l’assassinat du président John Fitzgerald Kennedy à cause se venger de sa tentative de faire tomber le douleur organisé.   Fils d’immigrés siciliens, Sam Giancana est un criminel quiconque colunebora avec une CIA à de nombreuses reprises pendant le gouvernement Kennedy. Il aida également... Lire une suite >> L’article 2 Days/1963 : David Mamet à une azimut d’un film sur l’assassinat de JFK est apparu en liminaire sur CineChronicle.com.

Partager

Résumé : De son surgissement, incarné par Mel Gibson, à sa renaissance, portée par Tom Hardy et Charlize Theron, la saga Mad Max a traversé pied au plancher quatre décennies de cinéma. Dopés à l’adrénaline, noircis par la hantise de la dévastation, les Mad Max soulignent l’influence destructrice des hommes sur le monde. Mad Max, au-delà de la radicalité est une plongée dans l’œuvre phare de George Miller, créateur lucide et ambitieux, qui espère prendre les hommes de vitesse pour ouvrir une voie vers un futur vivable.

♥♥♥♥♥

 

Mad Max au-delà de la radicalité – livre

L’engouement critique et publique suscité par Mad Max: Fury Road (2015) prouvait que la saga post-apocalyptique de George Miller n’avait rien perdu de sa verve d’antan. Toujours lancée sur les routes du bush australien, la caméra du réalisateur capturait avec la même puissance la violence d’un monde dystopique frappée par les accalmies climatiques. Si la sortie de chaque Mad Max donna lieu à la publication de nombreux articles théoriques, plus rares sont les écrits ayant tenté d’appréhender les différentes facettes de l’ensemble de la franchise (citons ici l’étude d’Antonio Dominguez Leiva, Mad Max. L’apocalypse sera mautorisée, parue en 2016 aux Éditions du Murmure). Coécrit par cinq membres du collectif Playlist Society, cet ouvrage assume son ambition en consacrant chacun de ses quatre chapitres à un opus de la saga en particulier. Si cette approche prenait le risque d’oublier la structure générale de la fresque en se consacrant à l’étude séparée de chacune de ses vignettes, les auteurs ont pris soin de recontextualiser chaque film à la lumière de l’ensemble de la quadrilogie et de ses quarante années d’existence. Retraçant l’ensemble de la carrière de George Miller, l’introduction de Nico Prat prouve ainsi en quoi l’éclectisme apparent du cinéaste n’empêche la présence de nombreuses cohérences thématiques et stylistiques. Ce sont celles-ci que l’on retrouve déclinées et finement analysées au fil des différents chapitres de l’ouvrage.

 

Tout en revenant sur des motifs ou des tropes déjà longuement commentés ailleurs (le genre du road-movie, la violence, les enjeux sociaux et politiques soulevées par Miller), les auteurs proposent de nombreuses analyses de séquences et de retours détaillés sur les particularités de chaque tournage pour prouver les qualités formelles de la mise en scène ainsi que les capacités d’adaptation et de renouvellement du réalisateur. Les questions relatives au montage ou à la qualité topographique des décors font ainsi écho à l’étude de thématiques et de problématiques singulières (la question de l’enfance ou la représentation de la femme qui sont ici finement remis en perspective afin de relativiser le radicalisme généralement imputé à la démarche de Miller).

 

Au fil des pages, l’ouvrage répond à sa préoccupation première : renouveler le regard généralement posé sur la franchise, s’appuyant sur les assises théoriques et critiques établies pour mieux comprendre la sidération procurée par la vision des films tout en prouvant l’actualité de leur pertinence au regard du cinéma contemporain. Si l’on regrette l’absence d’une bibliographie qui aurait permis d’appuyer l’effort de synthèse proposé par chacun des auteurs, on ne peut que louer la clarté théorique et la grande qualité analytique de ce beau projet. 

 

 

 

  • MAD MAX, AU-DELÀ DE LA RADICALITÉ
  • Auteurs : Nico Prat, Manouk Borzakian, Alexandre Mathis, Elise Lépine, Erwan Desbois
  • Préface : Lloyd Chéry
  • Éditions : Playlist Society
  • Collection : Essai / Cinéma 
  • Date de parution : 20 janvier 2022
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 128 pages
  • Tarifs : 14 € (print) – 7 € (numérique)